Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



"Le parlement de la CEDEAO doit relever le défi du renforcement de ses prérogtives" (PM SÉNÉGALAIS)


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 1 Novembre 2016 || 20 Partages

"Le parlement de la CEDEAO doit relever le défi du renforcement de ses prérogtives" (PM SÉNÉGALAIS)
La 4e législature du Parlement de la CEDEAO est appelée à "relever les défis" du renforcement de ses prérogatives de l’institution, en vue d’accélérer "le processus d`intégration et de développement" de la région ouest-africaine, a soutenu, mardi, à Dakar, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne.
 
"La transformation institutionnelle du Parlement de la CEDEAO (…) à la hauteur de ses responsabilités actuelles et futures au service de l`intégration, constitue un défi important que le Parlement, en relation avec les autres organes de la CEDEAO, devra relever en totalité durant cette 4eme législature", a-t-il dit.
 
Le chef du gouvernement sénégalais présidait la première réunion délocalisée de la quatrième législature du Parlement de la CEDEAO, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. 
 
Celle-ci portait sur le thème "Le plan régional d`investissement agricole de la CEDEAO (PRIA) et les plans nationaux d`investissement agricole (PNIA) des Etats membres dans le cadre e la proposition de révision d`ECOWAP (Cadre de référence agricole de la région) 2016-2025".
 
Selon M. Dionne, le rôle du Parlement de la CEDEAO "est une variable stratégique du succès de l`intégration économique et régionale", en lien avec les objectifs du protocole additionnel relatif à l’institution parlementaire, adopté en juin 2006 par les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres.
 
Ce protocole additionnel prévoit que les prérogatives du Parlement évoluent "progressivement du rôle consultatif à celui de décideur législatif dans les matières définies par la conférence", a expliqué le chef du gouvernement sénégalais.
 
"Ainsi, le projet d`acte additionnel relatif au renforcement de ces prérogatives soumis par le parlement au Conseil des ministres montre le pouvoir de codécision qui devrait être conféré au Parlement dans certains domaines notamment en matière budgétaire (...)’’, a-t-il précisé.
 
S’y ajoute qu’il "est en outre prévu que le Parlement puisse assurer le contrôle des politiques sectorielles de la communauté", selon Mahammed Boun Abdallah Dionne.
 
Ces "innovations" traduisent de son point de vue "la volonté des chefs d`Etat de renforcer le rôle du Parlement dont la vocation est justement d`accélérer et de renforcer le processus d`intégration et de développement de la région de l`Afrique de l`Ouest".
 
Le PM a en outre affirmé que le thème de cette réunion revêt "une importance particulière pour le Sénégal, car mettant l`accent sur les investissements en agriculture’’, une problématique également prise en compte a-t-il dit par les projets de modernisation du secteur agricole à travers le Plan Sénégal émergent (PSE).
 
"Cette nouvelle dynamique entre en droite ligne avec la politique agricole régionale de notre espace communautaire et aura permis, outre le relèvement du potentiel de production agricole visant à satisfaire les besoins de nos populations, la création d’emplois pour les jeunes et le développement d`opportunités de business et la transformation agro-pastorale moderne", a souligné M. Dionne.
 
Le président du Parlement de la CEDEAO, Moustapha Cissé Lo, est lui revenu sur les objectifs de cette rencontre de cinq jours, qui vise à identifier les expériences de certains Etat membres dans la mobilisation des ressources et des investissements à travers leurs PNIA (plans nationaux d’investissement agricole).

Cette perspective aiderait à mettre en œuvre des programmes agricoles axés sur la sécurité alimentaire et le développement agricole durable, a indiqué Moustapha Cissé Lô.
 
Pour sa part, le président de la commission agriculture, environnement, ressources en eau et développement rural de la CEDEAO, Ablie Suku Singhateh, a salué le rôle d`avant-garde du Sénégal au sein de la CEDEAO, relevant "la dextérité" avec laquelle le président Macky Sall a dirigé l’institution communautaire (mai 2015-mai 2016).
 
M. Singhateh a plaidé en faveur de la prise en compte des besoins des paysans dans les politiques et programmes, ce qui permettrait selon lui de régler les difficultés dans le secteur de l`agriculture dans la région ouest-africaine.

Dakarflash2



Nouveau commentaire :