Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


Législatives 2017: La dispersion de l’opposition, un atout pour Bennoo Bokk Yaakaar ? (Par Tange Tandian)


L’opinion dakaroise avait fortement souhaité une unité de l’opposition pour faire face à la coalition Bennoo Bokk Yaakaar. Pour cause ? La mère des batailles doit se dérouler à Dakar, capitale du Sénégal et département éponyme que ni l’Apr, ni la coalition Bennoo Bokk Yaakaar n’ont jamais réussi à mettre dans leur escarcelle électorale. Gagner la bataille de Dakar est une manière de faire la moitié du travail car l’opinion majoritaire qui se dégage dans la capitale influence très fortement le reste du pays. C’est principalement à Dakar qu’évoluent les acteurs les plus influents de la société civile, les analystes politiques les plus indépendants, les intellectuels les plus critiques… C’est dans cette capitale que se forge l’opinion nationale et c’est donc pour l’Apr un impératif d’avoir la haute main sur cette opinion dakaroise qui peut être déterminante lors des élections.

Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 19 Juin 2017 || 22 partages || 0 commentaires

Législatives 2017: La dispersion de l’opposition, un atout pour Bennoo Bokk Yaakaar ? (Par Tange Tandian)
Mais ce souhait de voir l’opposition unie derrière une seule liste n’a pu être exaucé par le simple fait qu’il n’était pas possible de mettre tous les protagonistes d’accord autour d’un leader. Trop de prétentions, trop de sectarisme, trop de calculs mesquins ont fini par avoir raison de cette chimérique volonté d’unité et tout le monde le savait, même si tout le monde faisait semblant d’y croire. Du moins dans le camp de l’opposition. Car en face, le camp du pouvoir qui redoutait la survenue de cette unité contre Bennoo Bokk Yaakaar a joué des coudes pour empêcher cette éventualité. Les débauchages tous azimuts de frustrés de l’opposition et les déclarations sarcastiques contre cette tentative d’union ont démontré que le camp de Bennoo souhaitait, et avait entrepris de saboter ces actions en faveur d’une large coalition contre lui. Maintenant que c’est l’opposition elle-même qui a démontré qu’elle ne pouvait s’entendre, Bennoo est-il pour autant capable de gagner la capitale et de dérouler dans les départements ? Très peu sûr. Car le camp présidentiel n’échappe pas non plus aux démons de la division, au contraire. Il est victime des mêmes tares que l’opposition et a perdu en cours de routes beaucoup d’alliés et de soutiens. Cheikh Bamba Dièye est parti, Idrissa Seck est plus critique que jamais, Moustapha Sy Djamil est déçu, le parti de Moustapha Niasse est sur le point d’exploser, le Parti socialiste est divisé en deux grands camps et des personnes ressources comme Abdoul Mbaye ont quitté le… Macky, sans compter les lanceurs d’alerte comme Ousmane Sonko que l’on vire promptement, les magistrats «dénonceurs» que l’on menace des foudres de la Justice et les emprisonnements intempestifs d’opposants qui ajoutent à la mauvaise réputation d’un état dont les plus hauts responsables ne font pas preuve de sérénité et affichent souvent leur colère face aux critiques les plus anodines.
En clair, si l’Apr et ses alliés se frottent les mains parce que l’opposition n’a pas su présenter cette liste unique qu’ils redoutaient tant, il n’est pas évident que leur victoire soit acquise d’office à cause de cette cassure. Car les deux principales listes de l’opposition sont capables de mobiliser bien plus que ne veulent le laisser croire certains analystes qui ont tôt fait d’enterrer le Pds et de minimiser l’ancrage national de Khalifa Sall. Et c’est là qu’il faut s’attendre à des surprises amères pour le camp présidentiel. Car l’Apr n’est plus ce qu’elle était et ses alliés non plus. Sauf à réussir de nouvelles conquêtes, Bennoo devra se préparer à faire le bilan de ses… pertes.
TANGE TANDIAN ADMINISTRATEUR VIPEOPLES.NET
Vipeoples1@gmail.com

Dakarflash2



Nouveau commentaire :