Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Les Aéroports du Sénégal doivent 9 milliards de dettes à ses fournisseurs


Le rapport de la direction du secteur parapublic du ministère de l’économie, des Finances et du plan sur la gestion 2015 révèle que les Aéroports du Sénégal (Ads) doivent plus de 9 milliards de dettes à ses fournisseurs.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 21 Avril 2016 || 243 Partages

Le document fait état au terme de la gestion 2015, d’un déficit dû à un  endettement  arrêté à 9 025 977 099 francs à la date du 31 décembre 2015. Elle est composé de : dettes fournisseurs : 4 387 017 881 francs CFA ; dettes fiscales : 4 574 923 378 francs CFA; dettes sociales : 64 035 840 francs CFA », note le rapport du ministère de l’Economie et des Finances et du Plan.

D’après toujours la même source, les crédits ouverts pour les charges de personnel, évalués à 8 108 000 000 francs CFA pour un effectif global de 723 agents, sont consommés à hauteur de 97,8%, soit 7 931 562 917 francs CFA en valeur absolue.

Le rapport indique aussi que le budget de l’Agence des Aéroports du Sénégal est arrêté à 27 483 488 163 francs, dont 71,15%, soit 19 555 600 000 francs sont destinés au fonctionnement. Les crédits ouverts pour l’investissement s’établissent à 7 927 88 163 francs CFA, soit 28,85% des prévisions globales, selon le site d’information économique lejecos.com.

Les dotations de fonctionnement de l’Etat représentent 5,46% des prévisions globales pour un montant de 1 500 000 000 francs CFA. Cette subvention de l’Etat, ajoute le rapport, correspond en réalité à une compensation qui fait suite aux baisses de 50% de la redevance de sûreté ainsi que de la redevance passager international à travers les décrets n°2015-672 et n°2015-671 du 18 mai 2015.

L’analyse de l’exécution fait ressortir enfin un niveau de mobilisation des ressources de 92,48% pour un montant de 25 416 864 753 francs CFA. Le taux d’absorption des crédits est satisfaisant à 93,8%, soit 25 784 366 342 francs CFA en valeur absolue. 

Dakarflash2




1.Posté par mousseul le 21/04/2016 20:30
C'est à croire qu'il n'y a de bons Gestionnaires au pays depuis 1960. Mettons les bonshommes aux bons endroits, et notre SUNUGAL s'en portera mieux. Et ça, c'est une autre paire de manches !

Nouveau commentaire :