Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Les confidences d'un nettoyeur de scènes de crime


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 24 Janvier 2016 || 128 Partages

Les confidences d'un nettoyeur de scènes de crime

Emmanuel Mercier exerce un métier un peu particulier, il est spécialiste de nettoyage post-mortem. Il a accepté de raconter son quotidien à Vice.

"On se compare à Dexter sur certains trucs, on est obligé d'imaginer ce qu'on voit en fait", indique Emmanuel Mercier au journaliste de Vice. L'homme est un habitué des scènes de crime, il est employé dans une entreprise de nettoyage, Vita. Depuis quelques années, la société a développé sa branche "Requiem" et propose donc ses services aux familles qui ont perdu un proche. Certains ont connu une mort violente (suicide, meurtre, etc.), d'autres ont été oubliés pendant de nombreux mois. "Sur le moment, quand je ramasse du sang ou d'autres fluides humains dans lesquels se baladent les asticots, je ne fais pas le fier. Mais je n'ai aucune crainte, aucune nausée et aucun mauvais souvenir ne reste", a raconté Emmanuel Mercier à Vice.

"Le plus difficile reste l'échange avec les familles. Certaines situations peuvent nous toucher plus que d'autres, un infanticide, un père divorcé qui se suicide, un jeune qui se pend, etc." L'employé explique que le côté technique de son travail ne lui pose pas de problème, "tel un médecin qui a les mains dans le sang", et que pour alléger l'atmosphère, il plaisante souvent avec ses collègues. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les nettoyeurs de scènes de crime ne voient jamais de cadavres. Les pompes funèbres sont passées avant eux. "Après, il m'arrive de trouver des 'morceaux oubliés' de personnes décédées, mais généralement nous nettoyons davantage les fluides", a-t-il indiqué.

S'il affirme aimer son métier, notamment pour les "histoires hors du commun", Emmanuel Mercier avoue qu'il apprécierait parfois l'aide d'un psychologue: "Je me dis que vider mon sac me serait bien nécessaire. J'en parle parfois à mes proches, mais ça tourne rapidement sur le côté anecdote et gore du métier, et non sur le ressenti. Un psychologue se concentrerait peut-être plus sur ça et mes malaises". En France comme en Belgique, les personnes qui exercent cette profession ne sont pas nombreuses. Chez nous, la société la plus connue se nomme "Nettoyage après décès ". Interviewé par La Dernière Heure, le gérant, Jérôme Brogniez, explique que selon les cas, il demande entre 500 et 10.000 euros pour ses prestations.


DakarFlash1



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >