Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Les impactés du TER exigent un site de recasement


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 23 Mai 2017 || 1425 partages || 0 commentaires

Les impactés du TER exigent un site de recasement
Depuis plus d'un an, les familles impactés par le projet du Train express régional sont dans l'expectative. Les 250 000 victimes demandent au Chef de l'Etat de signer un décret qui leur octroie un site de recasement.
 
Les familles impactées par le Train Express régional (TER) ont décidé de prendre le taureau par les cornes. En effet, les quelque 250 000 personnes concernées et issues de 10 communes des départements de Pikine, Rufisque et Diamniadio, sont dans l'attente d'un recasement. Ainsi, ce weekend, à Pikine, elles ont organisé une grande mobilisation. Leur objectif est de créer un cadre d'échanges où toutes les personnes affectées se réunissent pour partager leurs maux. Le coordinateur adjoint du Collectif des personnes affectées par le projet, déclare qu'ils n'en peuvent plus de cette incertitude. 

"Nous sommes tenus en haleine par le projet qui nous empêche d'évoluer et de faire les projets que nous avons envie de faire. C'est lamentable et c'est un préjudice qu'on nous a causé. On ne sait pas où aller et eux (l'Etat et l'APIX) aussi ne savent pas où nous devons aller", a tonné Ibrahima Cissé. Il déplore un manque de vision dans ce projet pour la simple raison qu'un aussi grand projet ne puisse pas avoir un site de recasement pour les impactés, au moment où les commerçants que l'ont été ont trouvé un site de 7 hectares dans le camp militaire. 

"C'est inadmissible et c'est du jamais vu. Nous nous organisons, car nous avons nos intérêts à défendre. On nous propose pour le prix d'un terrain de 150 m2 à Thiaroye Gare à 2,8 millions F CFA. C'est inacceptable. Nous ne le permettrons jamais, puisque le signer, c'est signer notre paupérisation à vie, anéantir, annihiler plusieurs années de travail. Mais aussi jeter le projet familial que nous avons bâti depuis plusieurs années. On ne le fera jamais", a déclaré M. Cissé, fou de rage. 

Ces impactés se tournent donc vers le Chef de l'Etat et lui demandent de décanter la situation. "Nous réclamons, vu que l'APIX ne peut pas le faire, que le président de la République, à travers un décret, nous donne un site de recasement. On ne doit pas privilégier les magasins au détriment des êtres humains. C'est inacceptable", soutient le porte-parole. 

Enquête

DakarFlash3



Nouveau commentaire :