Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Les incidents à Air France, "c'est la chienlit" pour Sarkozy


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 6 Octobre 2015 || 8 Partages

Les incidents à Air France, "c'est la chienlit" pour Sarkozy

Nicolas Sarkozy a estimé mardi devant les députés Les Républicains que les incidents à Air France marquaient "la chienlit, le délitement de l'Etat", selon des propos rapportés par plusieurs parlementaires. "Nous ne sommes pas en 1793. Nous ne pouvons pas accepter que deux dirigeants soient au bord de se faire lyncher par des hommes en tenue de syndicaliste, avec des syndicats qui ont pignon sur rue et qui ont tous appelé à voter pour François Hollande en 2012", s'est emporté l'ancien chef de l'Etat lors de la réunion du groupe Les Républicains à l'Assemblée.

"Plus rien n'est respecté, rien ne semble plus respectable", a dénoncé M. Sarkozy, évoquant pêle-mêle le conflit social à Air France, le mouvement de grève des médecins ainsi que la fusillade au cours de laquelle un policier a été grièvement blessé en Seine-Saint-Denis. A propos de cette fusillade et du policier blessé, M. Sarkozy a lancé: "Que peut penser sa famille? Comment peut-on autoriser une permission à un détenu avec un tel pedigree?".

Le président de Les Républicains a aussi abordé la crise de l'élevage: "Les cours s'effondrent et que fait le gouvernement?". "C'est la chienlit, c'est le délitement de l'Etat", a résumé l'ex-chef de l'Etat, en faisant référence à la célèbre phrase attribuée au général De Gaulle lors des manifestations de mai 1968. M. Sarkozy a aussi abordé le cas de Nadine Morano, qui devrait se voir retirée mercredi son investiture aux élections régionales après ses propos polémiques sur la "race blanche". "Si on ne veut pas avoir à gérer les questions de personne, mieux vaut ne pas être président de parti", a fait valoir M. Sarkozy.

"Car je ne peux pas me résoudre à de tel propos: la France n'est pas une race", a-t-il dit, précisant avoir demandé à son ancienne ministre une "lettre de regrets" qu'il n'a jamais reçu. "Je ne peux pas cautionner l?expression de quelques-uns qui ont pour seule ambition de marquer des buts contre leur camp", a prévenu M. Sarkozy, ajoutant qu'il valait mieux "trancher maintenant pour ne pas avoir à le faire entre les deux tours des régionales" en décembre. Il s'est redit confiant quant à ce scrutin des 6 et 13 décembre: "Les socialistes seront plus bas que prévu. Ils arriveront troisièmes dans beaucoup de régions".

"Si nous remportons ces élections, ce sera une voie ouverte pour préparer l?alternance", veut-il croire. "Je vous demande un effort collectif pour être solidaire. Peut-être pas jusqu'à Noël mais au moins jusqu'à la première quinzaine de décembre", a-t-il conclu.
afp


Dakarflash2



Nouveau commentaire :