Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Lutte contre le terrorisme : L’explosif en suppositoire, pire cauchemar de la police des airs et des frontières


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 23 Novembre 2015 || 122 Partages

Lutte contre le terrorisme : L’explosif en suppositoire, pire cauchemar de la police des airs et des frontières

Dans le cadre de leurs échanges d’informations, les services de renseignement se diffusent la photo d’un «explosif intrarectal» utilisé par les terroristes d’al-Qaida.

Un boudin blanc ragoûtant de plus de 40 cm introduit dans le rectum du kamikaze et relié à un  téléphone mobile désossé. L’appareil téléphonique programmé ou appelé à distance enverra le courant électrique nécessaire à la mise à feu. Le Figaro a eu la photo de «l’explosif intrarectal», appelé aussi ironiquement «l’explosif en suppositoire» par les experts antiterroristes. Un document qui a vocation à circuler entre les services de renseignement pour former les personnels spécialisés à la détection de cette menace.

En 2009, Le Figaro avait révélé le risque d’attentats à base d’explosifs «en suppositoire», après la tentative d’attentat islamiste, le 28 août de cette année-là, au palais du prince Mohammed bin Nayef, responsable de la lutte antiterroriste en Arabie saoudite et, par ailleurs, fils du ministre de l’Intérieur du royaume. Mais la photo de l’engin de mort, saisi, il y a quelques années, sur un islamiste dont le nom n’a pas été révélé, n’avait jamais été diffusée.

Des explosifs liquides indétectables

En 2010, Le Figaro avait aussi révélé que les terroristes islamistes tentaient d’utiliser des «chiens kamikazes», en leur cousant l’explosif dans l’abdomen. Il y eut ensuite une variante, avec les «seins explosifs», où la silicone des prothèses mammaires de femmes kamikazes est remplacée par une bombe liquide. «Ce procédé est d’autant difficile à détecter que l’opération d’implantation peut avoir lieu longtemps à l’avance, tandis que les explosifs introduits par voie rectale chez l’homme ou placés dans les animaux sont rarement opérants au-delà de 30 heures, puisque le porteur est sujet à une occlusion intestinale et que l’animal meurt peu de temps après l’opération», explique un expert.

Depuis quelques jours, les États-Unis ont alerté sur le risque de voir employé désormais des explosifs liquides indétectables. Ces nouveaux produits ne nécessiteraient que de faibles quantités pour un usage terroriste dans un avion pressurisé, par exemple. D’où la vigilance accrue des autorités et les mesures de sûreté renforcées en Amérique et en France. La menace de «l’explosif en suppositoire» est cependant toujours valable.

le figaro


DakarFlash3



Nouveau commentaire :