Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



MAME MBAYE NIANG : "Mon département finance des projets bancables"


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 7 Décembre 2015 || 31 Partages

MAME MBAYE NIANG : "Mon département finance des projets bancables"
Tout jeune porteur de projet ‘’bancable’’ peut obtenir un financement, a assuré lundi à Dakar le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Mame Mbaye Niang, qui signale que son département a déjà sélectionné 235 projets sur 3233 demandes.
 

‘’On ne demande plus de garantie. Ce que nous demandons, c’est que le projet soit bancable (…) nous devons respecter les procédures qui garantissent le remboursement de l’argent public. Certes, c’est difficile, mais nous avons l’obligation de résultat sur le financement des projets’’, a-t il dit.

Il s’exprimait lors de l’examen du budget de son département, durant lequel de nombreux députés se sont prononcés sur le faible taux de projets financés par les programmes de son ministère.

Mame Mbaye Niang a révélé qu’au niveau du département de Pikine, une enveloppe de 600 millions de FCFA est disponible depuis huit mois. Mais à ce jour, dit-il, les financements octroyés ne dépassent guère 80 millions FCFA. La même situation prévaut dans d’autres localités, comme Guédiawaye, Grand-Dakar, entre autres, a-t-il indiqué.

‘’Le département ne peut plus tomber dans les anciennes pratiques où les financements étaient donnés à tour de bras et sans réelle garantie de remboursement’’, a-t-il martelé. Il a rappelé que sur les 10 milliards de FCFA de crédits octroyés par l’ex-Fonds national de promotion des jeunes (FNPJ), seuls 7% ont été recouvrés.

Il a annoncé qu’avec la mutualisation des programmes, les financements vont atteindre 800 millions de FCFA. Revenant sur le chômage qui frappe certains jeunes, il affirme que ‘’trouver un emploi pour un jeune qui n’a pas de qualification demeure et reste un problème’’.

L’autre aspect selon lui, c’est cette catégorie de jeunes qui, bien que diplômés, ‘’n’ont aucune qualification professionnelle’’. Il précise que c’est qui explique les différentes réformes en cours au niveau de l’enseignement supérieur.

Il y a également, selon lui, les jeunes qui ont fait le choix de se spécialiser dans des filières saturées telles que les banques, les assurances ou le marketing. ‘’Or, il est reconnu que les structures pouvant accueillir ces activités sont limitées.’’

Le dernier niveau concerne 42% de la jeunesse n’ayant reçu ni enseignement ni formation adéquate, de nature à aider à s’insérer dans des structures régulières.

’’Il se trouve que seuls les métiers dérivés de l’agriculture peuvent absorber cette catégorie, car 60% des jeunes concernés proviennent des zones rurales’’, a-t-il encore expliqué, soulignant que c’est ce qui est à l’origine de l’implantation des Domaines agricoles communautaires (DAC).
APSa


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >