Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Macky Sall appelle l'opposition au dialogue


Au Sénégal, le président Macky Sall appelle à un dialogue avec l'opposition. Les dernières législatives ont été très critiquées par une partie de la classe politique, le chef de l'Etat reconnait que des modifications doivent être apportées au système électoral sénégalais et que les « forces vives de la nation » doivent y réfléchir ensemble. Un appel à la concertation auquel une partie de l'opposition a répondu en posant au préalable plusieurs conditions.

Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 3 Septembre 2017 || 449 partages || 0 commentaires

La déclaration du chef de l'Etat a eu lieu après la prière de l'Aïd, samedi 2 septembre, et marque en quelque sorte la rentrée de la classe politique après plusieurs semaines de vacances pour le gouvernement.

Dans la grande mosquée de Dakar, le président sénégalais Macky Sall a salué tous les chefs religieux et coutumiers, mais également « les hommes politiques », avant de rentrer dans le vif du sujet : « Je reste ouvert au dialogue et je tends la main à la classe politique » . « Il est vrai qu'il a des moments de tension naturelle liée aux élections. Une fois cette compétition derrière nous, nous devons pouvoir évaluer le processus que nous venons de vivre », a analysé Macky Sall, qui répondait bien entendu aux critiques de l'opposition concernant l'organisation des dernières législatives.

Macky Sall a fait référence aux 47 listes qui se sont présentées et donc au très grand nombre de partis politiques. Eviter donc à l'avenir des situations de « confusion », et pour cela « discuter, échanger », « pour l'amélioration du système électoral sénégalais », c'est ce que souhaitent les autorités.

Ce dialogue, la deuxième force politique de la nouvelle l'Assemblée, le camp du Parti démocratique sénégalais (PDS), dit y être attaché. Le parti d'Abdoulaye Wade  a cependant fait savoir qu'il n'acceptera de concertation que si plusieurs conditions sont acceptées par les autorités; notamment un « audit indépendant du fichier électoral », mais aussi la création d'un nouvel organe de supervision du processus électoral et la désignation « d'au moins un ou deux membres du Conseil constitutionnel par l'opposition ».
RFI


Dakarflash2



Nouveau commentaire :