Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Malick Gackou : « les hommes politiques sont les premiers responsables des difficultés du monde rural »


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 16 Octobre 2015 || 13 Partages

Malick Gackou : « les hommes politiques sont les premiers responsables des difficultés du monde rural »

Malick Gackou, leader du Grand Parti était en tournée dans l’intérieur du pays. Dans un entretien accordé au journal l’Observateur dans sa livraison du jour, l’ancien N2 de l’AFP est revenu sur cette tournée politique qui avait pour mot d’ordre : la massification du parti.

Selon lui en mettant sur pied le Grand Parti, ils ont pris l’engagement solennel, d’être le plus proche possible des Sénégalais et de relever le défi de la représentation.

Et à cet effet, la tournée qu’il vient de faire et celles qui vont suivre dans les prochains jours sont donc essentiellement motivées par les besoins d’une plus grande implantation du Grand Parti au Sénégal et à l’étranger.

«Je me suis effectivement rendu dans les régions de Tambacounda, Sédhiou, Kolda et Kédougou la semaine dernière pour prendre contact avec la base et les accompagner dans le processus de massification du parti. Nous avons l’ambition d’imposer le Grand Parti comme une force d’envergue dans le paysage politique sénégalais. La réalisation de cette ambition passe par un programme d’installation et de renforcement des structures du Parti dans les 14 régions, les 45 départements, les 555 communes et les 15.000 villages que compte notre pays. Nous voulons faire du Grand Parti un grand forum et un grand carrefour représentant toutes les couches de la société sénégalaise. Nous pensons que c’est un mode d’action politique efficace pour mobiliser tous les Sénégalais autour d’un idéal. D’ici le mois de décembre, nous réussirons en même temps le pari de faire du Grand Parti, un appareil politique performant qui est un gage de réussite électorale», soutient-il.

Avant de poursuivre en parlant de la pauvreté qui règne dans le monde rural : «je me suis également rendu compte de la gravité de la situation dans le monde rural où beaucoup de choses restent à faire en terme de lutte contre la pauvreté, en terme d’accès à l’eau potable et aux soins de santé primaire, mais aussi en terme d’infrastructures. Dans certaines localités, j’ai été confronté à la misère et au malheur des populations dont on n’écoute malheureusement pas les appels désespérés. Les hommes politiques sont les premiers responsables des difficultés du monde rural. Nous sommes entièrement responsables à des degrés divers et cette responsabilité, nous ne pouvons pas l’éluder. J’estime qu’il y a urgence à changer notre rapport au monde rural parce que nous n’avons plus le droit d’infliger à ces populations des sacrifices que nous sommes incapables de faire nous-mêmes. Il faut aujourd’hui tout faire pour réduire cette fracture qu’on ne peut plus laisser prospérer. Il y va de la sécurité dans notre pays», fait-il savoir.


DakarFlash1



Nouveau commentaire :