Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Mame Mbaye Niang : "La formation professionnelle et l’enseignement supérieur ne sont pas en phase avec les réalités du marché de l’emploi"


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 7 Décembre 2016 || 20 partages || 0 commentaires

Le problème du chômage et de l’emploi des jeunes intrigue les députés. Hier, à l’Hémicycle, dans le cadre du vote du budget du ministère de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne, les députés ont, à l’unanimité, décrié la situation actuelle des jeunes, diplômés ou pas, à la recherche d’un travail. Des préoccupations qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Le ministre Mame Mbaye Niang a tenté d’y répondre, évoquant un problème dans le système de l’enseignement. «Ce qui explique cette situation, c’est que, malheureusement, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur ne sont pas en phase avec les réalités du marché de l’emploi», a déploré le ministre. Selon Mame Mbaye Niang, il faut une transformation radicale du système, une réorientation de la formation professionnelle pour une meilleure insertion des jeunes diplômés. «On formait des jeunes maîtrisards en Lettres, en Géographie… Mais avouons qu’on ne peut pas faire grand-chose avec ces Maîtrisards. Aucune préparation pour affronter les réalités du marché. Il fallait donc des réformes à l’Université et dans l’enseignement professionnel. Ça a suscité beaucoup de bruit, mais il fallait le faire pour que ces jeunes qui sortent de l’Université n’aient pas les mêmes handicaps que leurs devanciers», confie le ministre de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne.

Interpellé sur l’intérêt des Domaines agricoles communautaires (Dac), le ministre a insisté sur la nécessité de ce projet, vu la quantité de jeunes n’ayant pas reçu de formation. «60% des demandeurs d’emploi n’ont pas de qualification. Ils n’ont pas d’aptitude pour occuper certains postes. D’où l’intérêt de la création des Dac. La terre est disponible, l’eau également», informe-t-il. Mais le fils du parlementaire Imam Mbaye Niang n’en reste pas là. Il annonce que des efforts sont faits en ce sens. «Il faut comparer ce qui a été fait jusque-là par notre régime et ce qu’on a hérité. Nous avons créé 17 lycées techniques avec 34 nouveaux Bts. Nous avons triplé les capacités depuis 2012, de 12 000 à 36 000 diplômés. Il y a donc des solutions dans le long terme, dans le moyen terme et on est en train de gérer l’immédiat», rassure-t-il. Pour l’exercice 2017, le budget du ministère de la Jeunesse a été arrêté à 17,051 milliards de FCfa contre 11,209 milliards de FCfa en 2016, soit une hausse de 5,842 milliards de FCfa en valeur absolue et 52,12% en valeur relative.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :