Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Mankoo Wattu Senegaal va encore investir la rue


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 18 Octobre 2016 || 129 Partages

Le Front pour la défense du Sénégal a annoncé, pour début novembre prochain, un meeting, une marche sur le ministère de l’Intérieur et une bataille diplomatique auprès des pays liés au Sénégal par une coopération sur les libertés, les élections et la gestion des ressources naturelles. Malick Gakou et Cie ont procédé, hier, à l’évaluation de la chaude journée du 14 octobre 2016. La plainte contre Franck Timis et Aliou Sall devra être déposée cette semaine.

 

L’opposition va remettre ça. Le Front pour la défense du Sénégal (Fds) a annoncé, hier, une série d’actions pour amener le pouvoir à «respecter ses droits et libertés, à adopter la transparence dans la gestion des ressources naturelles et dans le processus électoral». Malgré la répression policière de la manifestation du 14 octobre dernier, l’opposition entend marcher prochainement jusqu’au ministère de l’Intérieur. «Nous organiserons une marche sur le ministère de l’Intérieur, parce que Abdoulaye Daouda Diallo ne peut pas organiser nos élections, car il est partisan. Nous allons organiser un meeting en début novembre. La bataille diplomatique sera menée dans les pays qui ont une coopération avec notre pays, concernant les élections, la gestion des ressources naturelles et les libertés», a annoncé Mamadou Diop «Decroix», porte-parole du jour de Mankoo Wattu Senegaal. La conférence des leaders du Fds a procédé, hier, à l’évaluation de la chaude journée du 14 octobre 2016. La plainte de l’opposition contre Franck Timis, Aliou Sall et X devra être déposée au cours de la semaine.

Revenant sur la manifestation du 14 octobre, l’ancien ministre du Commerce considère que «cette marche constitue un tournant dans les rapports entre le pouvoir et l’opposition». «Parce que nous avons, avec cette manifestation, marqué une double victoire au double plan de la mobilisation et de la détermination. Nous ne sommes pas des fuyards. Il n’y a pas de guerre des chiffres. Nous avons mobilisé 50 000 personnes», a précisé Diop «Decroix». Sur la répression, l’opposition indexe le pouvoir. «Nous ne recherchions pas la confrontation, car nous voulons la paix et la tranquillité dans ce pays», a indiqué Diop «Decroix». Mais, dit-il, «nous combattons pour le respect de nos libertés. Le problème se situe au niveau du pouvoir qui crée les tensions». L’opposition prévient : «Les combats que nous menons sont les préoccupations du peuple Sénégalais que nous portons. Nous poursuivrons ces combats et nous garderons le cap de la résistance et du combat, quoi qu’il nous en coûte, et aussi longtemps que le Président Sall n’acceptera pas que l’opposition a ses droits et libertés constitutionnels qu’elle entend exercer. Il faut que nos adversaires sachent que s’il est vrai que le pays est au-dessus de nos personnes, nous acceptons de sacrifier nos personnes pour notre pays».


DakarFlash3



Nouveau commentaire :