Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Matar Ba sur le dopage dans la lutte : «Tout cas positif sera sévèrement sanctionné»


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 30 Octobre 2015 || 11 Partages

Monsieur le ministre, pouvez-vous revenir sur la participation du Sénégal à cette conférence ? 

Nous sommes aujourd’hui (hier) à l’Unesco pour participer à la conférence contre le dopage dans le sport. Il faut savoir que le Sénégal est résolument engagé dans la lutte contre ce fléau. Nous faisons partie des pays qui veulent assainir le sport et le rendre accessible à tous.

Le Sénégal a ratifié la Convention internationale contre le dopage dans le sport, c’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui. Car, il faut s’insérer dans le concert international pour éradiquer ce fléau. Pour y parvenir, nous avons décidé de mettre en harmonie les dispositions applicables sur le territoire national avec les orientations internationales. Je vous rappelle que la lutte contre le dopage constitue une préoccupation forte du ministère des Sports.

Au rythme où le fléau progresse, quelle solution vous paraît la plus judicieuse pour éradiquer le fléau ?

Je pense que la lutte contre le dopage ne doit pas seulement être une affaire des sportifs. A mon sens, la lutte antidopage ne trouvera les meilleures solutions que lorsqu’elle puisera dans les déterminants culturels du sportif. Ceux-ci permettent de mieux comprendre la psychologie des pratiquants. Vous me direz que le sport c’est la culture, mais il faut reconnaître que chaque société en fait sa propre lecture.

Qu’est-ce que le Sénégal a fait concrètement, au niveau national, pour la lutte contre le dopage ? 

Il faut comprendre d’abord que les cas de dopage décelés sont encore rares, voire inexistants au Sénégal. Mais, nous nous inscrivons dans les actions de l’Unesco pour la préservation de l’éthique et la morale sportive. C’est pourquoi nous avons prévu d’ouvrir très prochainement, un laboratoire d’analyses et de contrôle antidopage à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Parce qu’il faut assainir le milieu du sport.

Quelles sont les autres mesures prises ?

Il faut rappeler que les contrôles inopinés sont maintenant effectifs au Sénégal. Récemment, lors du tournoi de lutte de la Cedeao, les meilleurs lutteurs sénégalais ont subi des tests. C’est très important. Aussi, il y a la mise en place de l’Organisation nationale antidopage du Sénégal (Onads). 

Quelle sera la valeur ajoutée de cette structure dans la lutte contre le dopage ? 

L’Onads est au cœur du dispositif règlementaire chargé de lutter contre le dopage. Elle travaille en étroite collaboration avec le ministère des Sports et l’ensemble des Fédérations sportives. Depuis sa mise en place, nous avons privilégié la sensibilisation des sportifs sur les méfaits du dopage. Nous avons formé des relais d’information dans les régions pour démultiplier l’action de sensibilisation. 

Le monde de la lutte s’étonne de la prise de poids de certains lutteurs que d’aucuns assimilent à du dopage. Qu’en pensez-vous ?  

C’est vrai que la lutte est une discipline où des voix s’élèvent pour dénoncer la recrudescence de la pratique du dopage. Il est de notoriété publique que le dopage commence à prendre des proportions inquiétantes, surtout au niveau de la lutte traditionnelle sénégalaise. Des lutteurs, en l’espace de quelques mois, augmentent leur poids de façon extraordinaire. Nous sommes tous d’accord qu’ils prennent des produits qui sont nuisibles à leur santé. Jusque-là, nous n’avons décelé aucun cas de dopage avéré. Et si une analyse se révèle positive, le Cng va infliger des sanctions proportionnelles aux faits. Tous les lutteurs sont avertis : tout cas positif sera sévèrement sanctionné.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :