Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Mbacké : 20 ans de travaux forcés pour le meurtrier d'un conducteur de moto «Jakarta»


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 28 Juillet 2016 || 314 Partages

Vingt ans de travaux forcés, c’est la peine prononcée hier, par la Chambre criminelle de Mbacké, contre son hôte du jour, l’accusé, Pape Djiby Yade, reconnu coupable du crime de meurtre. Sa victime, Moustapha Thiaw, était conducteur de moto «Jakarta».

L’accusé du jour de la Chambre criminelle de Mbacké, le jeune «bana-bana» à Bambey, est fixé sur son sort. Reconnu du crime de meurtre, il a été condamné hier, à 20 ans de travaux forcés. Les faits qui lui ont valu cette peine remontent au 11 octobre 2011. Ce jour, Modou Diouf, résidant le village de Ndiarème Thiékène (département de Bambey), a avisé les gendarmes de la localité de la découverte d’un corps sans vie, sous un fromager, à la lisère du village. Sur place, les enquêteurs ont procédé aux constats d’usage, avant d’entamer une enquête de voisinage. C’est en cela que les nommés Modou Diouf et Ndiaw Fall, entendus, déclaraient qu’ils se rendaient à Bambey lorsque leur attention a été attirée par des traces de sang qu’ils ont instinctivement suivies jusqu’au pied d’un arbre, où ils ont découvert le corps sans vie d’un individu, ainsi qu’une moto «Jakarta».

Poursuivant leurs investigations, les pandores ont entendu El Hadji Mamadou Lamine Ngom et Serigne Sarr, oncles de Pape Djiby Yade (présumé auteur du crime). Aux enquêteurs, ils ont révélé avoir reçu nuitamment, la veille, la visite de celui-ci qui leur avait informé s’être battu avec un conducteur de moto «Jakarta». Ce, sans préciser que celui avait perdu la vie. C’est après l’ébruitement de ce drame qu’ils sont allés cueillir leur neveu, retranché au village de Keur Aliou Diouf, pour le conduire à la brigade de Bambey. Face aux gendarmes, Pape D. Yade avait reconnu avoir porté des coups de couteau à sa victime. Sur les circonstances de cette bagarre, Yade révélait que, ce jour, il était à la recherche de pastèques pour son commerce. C’est alors qu’il s’est attaché les services de la victime, Moustapha Thiaw, conducteur de moto «Jakarta», afin que celui-ci le conduise à Touba-Toul. En cours de route, précise-t-il, celui-ci a simulé une panne d’essence. C’est alors qu’il lui venait en aide que Moustapha Thiaw l’a sommé de lui remettre l’argent qu’il détenait. Ce qu’il a refusé. Il s’en est suivi une bagarre au cours de laquelle, confie-t-il, il est parvenu à récupérer le couteau de son antagoniste pour lui asséner deux coups dans des parties vitales. Le certificat de genre de mort atteste d’une «plaie pénétrante du flanc gauche, hémorragie interne, ecchymoses du thorax».

A la barre de la Chambre criminelle de Mbacké où il a été attrait hier, l’accusé Pape D. Yade a brandi l’excuse de provocation, arguant que c’est la victime qui l’avait attaqué en premier. Non convaincu par ces allégations, le procureur de la République, Baye Thiam, a démontré la constance des coups de couteau portés par l’accusé au flanc gauche et au thorax de la victime. Il a, en sus, dégagé en touche l’excuse de provocation brandi par son hôte. Arguant que l’accusé a commis volontairement un homicide sur la personne de Moustapha Thiaw, le Parquet a requis 20 ans de travaux forcés.

A sa suite, la défense assurée par Me Assane Dioma Ndiaye, a sollicité une disqualification des faits en coups mortels, arguant que l’accusé n’avait pas l’intention de donner la mort. Qu’il est plutôt une victime qui a cherché à se défendre, en donnant des coups pour se libérer de l’étreinte dans laquelle il était. La plaidoirie de l’avocat ne sera pas suivi par la Chambre qui, après avoir reconnu l’accusé coupable du crime de meurtre, l’a condamné à 20 ans de travaux forcés. Ce, au grand désarroi de la défense qui entend attaquer ladite décision en appel.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >