Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Me Aissata Tall sonne l’alerte : «Je voterai Non quatre fois et je battrai campagne pour mon peuple et non pour mon parti»


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 2 Mars 2016 || 443 Partages

Me Aissata Tall sonne l’alerte : «Je voterai Non quatre fois et je battrai campagne pour mon peuple et non pour mon parti»

C’est devant la presse et ses autres souteneurs que le maire de Podor a tenu à donner sa part de vérité sur les questions de l’heure, notamment sur le référendum.

Aissata Tall Sall a commencé par exposer son véto et appeler à voter Non face au référendum initié par le chef de l’Etat.

Un quadruple Non dira t-elle car, «Je dis Non. Je dis Non quatre fois, non du fait que notre pays tient difficile à tenir une démocratie. Un non qui découle d’un engagement personnel», tient à préciser la socialiste.

Justifiant sa position sur plusieurs points, «mon choix se justifie au plan éthique et moral, juridique, politique et social».

Points par points, Me Tall de s’expliquer, «le Non juridique qui repose sur le fait que le Conseil Constitutionnel n’a fait que rendre un avis consultatif il ne saurait lier le Président même si nous lui reconnaissons sa volonté personnelle de se conformer à la volonté du Conseil Constitutionnel. Mais est ce que sa volonté est celle du peuple, est ce que cela valez la peine d’interroger le peuple sénégalais celui-là qui l’a élu ?, s’interroge t-il. Avant d’avancer, « juridiquement ce référendum est tronqué, il a volontairement interrompu le processus».

Le même Non que l’avocate invite le peuple sénégalais à voter du fait que politiquement, le chef de l’Etat n’a pas invité le peuple sénégalais à un débat préalable. «L’avis du Conseil constitutionnel n’est pas une consultation ordinaire elle est solennelle, formelle et réglementée. Il est question pour le peuple de ses prononcer de lui (Macky Sall) permettre de vider les grandes querelles politiques», note t-elle.

Quant au plan social, Me Aissata Tall Sall est convaincue que les résidus des autres questions pouvaient être soulevés devant l’assemblée nationale.

Actusen


Dakarflash2



Nouveau commentaire :