Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Me El Hadj Diouf parle de Moustapha Niasse : « Il m’a trahi. Mais je lui pardonne… »


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 18 Octobre 2015 || 87 Partages

Me El Hadj Diouf parle de Moustapha Niasse : « Il m’a trahi. Mais je lui pardonne… »
Invité de l’émission « Opinion » sur Walf Tv, le deputé Me El hadj Diouf a indiqué n’avoir aucun problème avec Niasse, seulement il reconnait que ce dernier l’a trahi lors des élections de 2012 en profitant de son image. « S’il est President de l’Assemblée nationale c’est grâce à moi » dira-t-il. « Je l’ai trouvé à 5% et il était à la fin de sa carrière politique. Il m’a supplié de laisser tomber ma candidature en 2012. Je l’ai aidé et dirigé sa candidature électorale, il m’a laissé lors des tournées occuper le toit ouvrant de sa voiture pour m’adresser au peule en délire. Lui était là, et avec cet élan je l’ai propulsé et en 2012, …il m’a trahi. Mais ce n’est pas important, c’est mon grand frère du Saloum !»
Mais, regrette-t-il, à l’hémicycle « Niasse c’est un grand dictateur, il tranche alors qu’il ne doit pas le faire ». Selon Me El Hadj Diouf, sur le rejet du groupe des parlementaires libéraux et démocrates, il a noté qu’il n’attaquerait pas cette décision parce que pas concerné.
Corruption dans la magistrature et TBMA
Sur les accusations de corruption dans la magistrature prononcées par Me Adama Guèye, pour Me El hadj Diouf, ni le ministre de la justice ni ceux qui disent que la magistrature est corrompue n’ont raison. « Il faut savoir raison garder, car à l’instar de toutes les nations, on ne peut avoir une justice de Dieu. Naturellement il y a des corrompus, mais qu’est ce qu’ils représentent devant des centaines de magistrats honnêtes? »
Me El Hadj Diouf qui s’est aussi prononcé sur les nominations intervenues lors de la réunion du conseil supérieur de la magistrature a d’abord noté que le President Macky Sall ne doit pas continuer à rester à la tête du pouvoir judiciaire. « Il est indéfendable. Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif et législatif. En faisant du Président le chef du conseil supérieur de la magistrature, on fausse la constitution », fera-t-il savoir.
Sur la nomination du magistrat Ibrahima N'doye, comme Procureur adjoint de la CREI, l’avocat a indiqué que cela signifiait la suite des poursuites dans le cadre de la traque des biens mal acquis. « En s’arrêtant à Karim, Macky Sall risque de se décrédibiliser, en protégeant certaines personnes, c’est grave. Que tout le monde dise comment ses biens ont été acquis, le Président Macky Sall lui-même doit s’expliquer sur l’origine de ses biens» aura fait savoir l’avocat...

Dakarflash2




1.Posté par Ousmane le 18/10/2015 21:16
Ce El Hadji Diouf là, les gens se rendre maintenant compte qu'il est fou à lier... Comment un homme normal peut penser que qu'il est à la base de la nomination de quelqu'un alors qu'il ne détient aucun pouvoir. Nit dafay guem yallah swt.

Nouveau commentaire :