Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Merkel met en garde contre un conflit entre pays des Balkans


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 3 Novembre 2015 || 13 Partages

Merkel met en garde contre un conflit entre pays des Balkans

La chancelière allemande Angela Merkel a mis en garde contre de possibles affrontements armés entre pays des Balkans, par où transitent la plupart des réfugiés, dans l'hypothèse où l'Allemagne viendrait à fermer sa frontière avec l'Autriche.

Il y a déjà dans les pays de l'ouest des Balkans des tensions et "je ne veux pas qu'on en arrive à des affrontements militaires là-bas", a déclaré lundi soir la dirigeante lors d'un rassemblement de la CDU à Darmstadt (ouest), selon des propos rapportés mardi par des médias allemands.

De nombreux experts ont mis en garde sur le fait que, si l'Allemagne, principale destination des migrants fuyant notamment la guerre en Syrie, venait à fermer sa frontière avec l'Autriche, les pays des Balkans par lesquels transitent migrants et réfugiés en feraient de même.

L'UE a annoncé fin octobre la création de 100.000 places d'accueil pour les réfugiés en Grèce et dans les Balkans afin de juguler cette crise migratoire sans précédent alors que des tensions ont déjà surgi entre la Slovénie, la Croatie, la Serbie et la Hongrie ces derniers mois autour du transit de dizaines de milliers de migrants.

Mme Merkel, qui s'est défendue lundi soir de vouloir noircir le tableau, a toutefois mis en garde contre une situation qui pourrait s'envenimer rapidement.

Sur le front intérieur, la question des réfugiés divise également la coalition conservateurs/sociaux-démocrates au pouvoir en Allemagne, qui ont ainsi échoué à s'entendre lors d'une réunion dimanche, les conservateurs bavarois de la CSU réclamant que l'Allemagne accepte moins de réfugiés sur son territoire alors qu'elle en attend entre 800.000 et un million cette année.

Un nouveau round de négociations est prévu jeudi, notamment autour de la création, voulue par les conservateurs, de "zones de transit" à la frontière germano-autrichienne pour accélérer l'examen des dossiers et les expulsions, une idée rejetée en l'état par le parti social-démocrate SPD.

Si cette nouvelle réunion ne devait donner aucun résultat, "nous continuerons à négocier", a souligné Mme Merkel. "Ce n'est pas la première fois que nous devrons convaincre les sociaux-démocrates de la justesse de certaines choses", a-t-elle ajouté.

7sur7


DakarFlash3



Nouveau commentaire :