Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Modou Lô, Ecurie Rock Energie : «Sa Thiès et Ama Baldé sont dans la Cour des grands (...) Je peux affronter Gris Bordeaux pour une troisième fois»


Une victoire, ça fait dormir tranquille. Il fallait poiroter toute une journée à Yoff pour enfin mettre la main sur Modou Lô, vainqueur, pour la deuxième fois, du 3e Tigre de Fass qui s’est réveillé de son long et doux sommeil, vers 17 heures. Dans un verbe taquin, comme à son habitude, Modou Lô a juré que Gris Bordeaux ne peut pas le battre, quitte à lui accorder une seconde revanche.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 2 Août 2016 || 2566 Partages

Modou Lô, Ecurie Rock Energie : «Sa Thiès et Ama Baldé sont dans la Cour des grands (...) Je peux affronter Gris Bordeaux pour une troisième fois»

La victoire : «Je rends grâce à Dieu qui m’a donné l’opportunité de livrer ce combat. Nous étions allés chercher la victoire et Dieu nous l’a offerte. Nous avons beaucoup travaillé pour mériter cette victoire. Nous n’avons rien négligé. Nous avons travaillé comme il le fallait en respectant les entraînements. Mais, pour ce combat, nous avons augmenté la dose. Alioune Dione, un des meilleurs entraîneurs en Afrique, a participé à ma préparation. Nous avons travaillé avec beaucoup de professionnalisme. J’étais conscient que les choses allaient se dérouler convenablement. Alioune Dione qui est entraîneur en lutte libre, m’a beaucoup aidé. La lutte libre est plus difficile que la lutte simple.»

 

La stratégie : «Personne ne m’a conseillé d’aborder le combat de la sorte. Certes, je reçois des conseils, mais je fais souvent ce qui me vient à l’esprit. J’entame mes combats à ma manière. Il y avait trop de bruit dans ce combat. Mon adversaire m’avait promis l’enfer. Tout cela, c’était juste pour vendre le combat. Quand on est devant les caméras et les flashes, on dit ce qu’on veut. Mais, dans l’enceinte, c’est autre chose. Je m’attendais à ce que Gris Bordeaux honorer sa parole. Mais, il n’a pas réagi. Je suis resté sur mes appuis au début, parce que c’était un grand jour. Je n’avais pas à vendanger mon combat. Il faudra se rassurer avant d’entamer toute action. Les coups de Gris Bordeaux ne pouvaient pas m’atteindre. Il lançait ses coups dans le vent. Il pensait à deux choses. On ne peut pas donner des coups portants tout en étant solide sur ses appuis. Il ne pouvait pas m’atteindre, parce que je lui ai imposé un combat rapproché. Ses coups ne pouvaient pas avoir de force, puisque ses bras n’étaient pas tendus. Je n’ai pas senti ses coups. Au contraire, je lui ai causé une blessure au niveau du front qui pouvait l’affaiblir. Même si le combat durait 24 heures, il ne pouvait rien contre moi. J’étais sûr de le battre. Seul le travail paie. Je savais qu’il suffisait de faire quelques gestes et de reculer pour le voir facilement perdre ses appuis. Il peut supporter beaucoup de choses, mais il ne peut pas résister sur cette position. J’ai lutté avec beaucoup de sérénité et de concentration. La lutte, c’est d’abord une question psychologique. Pour ce combat, j’avais décidé d’opter pour ce comportement. Je dirige toujours mes combats à ma guise. Je viens souvent faire ce qui m’arrange, sans tenir compte des qualités de l’adversaire.

 

La première chute de Gris : «L’arbitre est le maître du terrain. L’action était tellement rapide que je ne saurais vous dire réellement s’il a fait ou pas quatre appuis. J’étais à l’écoute de l’arbitre. Si Gris s’était retrouvé sur la même position 10 fois et que l’arbitre nous demandait de continuer le combat, j’allais le faire.»

 

Futurs adversaires : «Les amateurs connaissent mieux les combats qu’il faut dans l’arène. Mes adversaires sont nombreux. L’arène est ouverte. Tous les lutteurs se valent. Je ne vais pas citer de noms. Modou Lô n’est pas le seul à penser au titre de Roi des arènes. Tout lutteur qui est dans l’arène souhaite être Roi des arènes. La lutte est mon métier et je suis à l’écoute des promoteurs. Je suis prêt à affronter tout adversaire qui m’arrange. Il n’a pas de grands lutteurs ou de lutteurs moyens. Il y a juste une catégorisation. Sa Thiès, Ama Baldé ne sont pas de petits lutteurs. Ils sont dans la Cour des grands. Je suis prêt pour tout le monde. Pas besoin de citer de noms. Tout peut arriver. Je peux même affronter Gris Bordeaux une troisième fois pour lui permettre de revenir dans la course.»

 

YEKINI : «Il fait partir des premiers qui m’ont envoyé des messages de félicitations. Je prie pour lui et je l’encourage beaucoup. Comme je l’avais dit au début, Yékini est mon idole et il le restera toujours. Il a marqué ses empreintes dans l’arène, 15 ans de règne. Je pense qu’aucun lutteur ne l’a encore fait. On échange souvent au téléphone, c’est mon grand.»

L'obs


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 18:27 Mame Biram Diouf reconverti à un poste surprenant

Vendredi 9 Décembre 2016 - 11:42 Blessure: Diao K. Baldé au régime spécial