Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Momar Seyni Ndiaye, journaliste : «La plupart des Sénégalais diront que le référendum n’a plus son sens»


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 17 Février 2016 || 23 Partages

Momar Seyni Ndiaye, journaliste : «La plupart des Sénégalais diront que le référendum n’a plus son sens»
Les réactions se succèdent, au lendemain de la sortie du chef de l’Etat qui a décidé de faire un mandat de 7 ans. Pour le journaliste et analyste Momar Seyni Ndiaye, le président Macky Sall était très attend sur le respect de la parole donnée. «Ma surprise et ma déception sont grandes. Je dois dire jusqu’à quelques minutes de l’intervention du Président, ma conviction était établie que Macky Sall n’avait d’autre choix que de réduire son mandat. Malgré les différentes appréciations de cette question délicate, il s’agissait à la fois de respecter l’avis du Conseil et sociologiquement prendre en compte la réalité de la parole donnée. 
 La position du Président n’était pas facile. Je pense qu’il allait s’en sortir en coupant la poire en deux. D’une part, respecter l’avis du Conseil constitutionnel mais, en disant que je vais soumettre cet avis au peuple pour trancher. Nous avons en face de nous un président de la République qui n’a pas respecté son engagement», a-t-il analysé, dans Sud quotidien de ce mercredi 17 février 2016». Un acte qui risque d’être lourd de conséquences selon lui, à la fois sur l’avenir politique du président Macky Sall, sur son image et sur la survie de la coalition Bby au pouvoir. «La conséquence politique est liée d’abord en termes d’image. 
Comment désormais les Sénégalais regarderont Macky Sall. Est-ce qu’ils vont le regarder comme un Président qui prend en charge leurs problèmes ? Un président qui respecte ses engagements ? Un Président qui conduit les affaires de la République dans les meilleures conditions de sincérité, de professionnalisme et d’engagement ? Ou, est-ce qu’ils verront en lui un Président qui use de l’autoritarisme et ne respecte pas ses engagements? Malheureusement, renchérit-il, c’est la dernière image que les Sénégalais risquent de retenir du Président ; c’est-à-dire un président autoritaire. C’est extrêmement grave, d’autant plus qu’il avait tous les atouts par rapport aux politiques sociale, économique de créer l’espoir. Il a préféré son avenir personnel à la tête de l’Etat». 
A l’en croire Momar Seyni Ndiaye toujours, la suite logique devrait se traduire par une vague de démissions à Bby. «Si les gens de la coalition de BBY sont sincères, ils doivent déposer leur démission demain (aujourd’hui, Ndlr) sur la table. Vous n’avez pas respecté vos engagements, nous ne sommes pas prêts à rester dans votre gouvernement». Quelles conséquences sur les législatives et le référendum ? «Le deuxième risque est 2017. On aura des élections législatives. Le vrai référendum sera bidon parce que l’essentiel a été retiré du texte. Le vrai référendum sera en 2017 lors des élections législatives où le peuple va dire au Président, effectivement : vous n’avez pas tenu votre promesse, nous allons vous sanctionner en vous imposant une coalition, c’est-à-dire une majorité de l’opposition. 
C’est une éventualité à laquelle il faut s’attendre. Par rapport au référendum du 20 mars, il peut y avoir une crainte sur le très faible taux de participation, compte tenu du retrait de cette partie du package. Les Sénégalais n’attendaient pas des réformettes. Ils attendaient la réduction du mandat. Nous allons assister à un référendum qui sera vidé de son contenu. Si on ne tripatouille pas les chiffres, je serais fort étonné que le Président dépasse 25% de l’électorat. La plupart des Sénégalais dira que le référendum n’a plus son sens», analyse Momar Seydni Niaye dans les colonnes de Sud Quotidien.

 

Dakarflash2



Nouveau commentaire :