Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Mosquées fermées en France: "Les murs n'y sont pour rien", plaide un imam


Dans le cadre de l'état d'urgence, trois mosquées ont été fermées dans le pays. Certains évoquent leur scepticisme comme un imam du Val-de-Marne qui préfère "protéger la conscience des gens" plutôt que de fermer des lieux de culte.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 3 Décembre 2015 || 31 Partages

En moins d'une semaine, trois mosquées ont été fermées en France, à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et Arbresle, dans l'agglomération lyonnaise. A Lagny-sur-Marne, le président de l'association des musulmans et responsable de la mosquée affirme n'avoir "rien caché". Le Premier ministre Manuel Valls a quant à lui réaffirmé mercredi soir sa détermination face "aux ennemis de la République" que constituent les radicaux. 

"Le problème, c'est l'équipe"

Mais Abdelali Mamoun, un imam du Val-de-Marne estime que la fermeture des mosquées n'est pas une bonne solution pour lutter contre les phénomènes de radicalisation. Invité de BFMTV, il précise que c'est "une solution qui ne doit être que temporaire" car "le problème ce n'est pas la mosquée, c'est l'équipe". 

"C'est l’animation, l’imam, l’encadrement des fidèles et du discours qui est tenu dans la mosquée qui doit être revu et réorganisé" ajoute-t-il, rappelant que les musulmans manquent de salles de prières. L'imam explique :

"Chaque lieu de prière est dirigé par une association de loi 1901, cette association a envoyé des statuts dans lequel elle stipule qu’elle a pour objet d’organiser l’exercice du culte musulman dans le respect de ces valeurs".

Selon l'article 3 de la loi de 1901 "relative au contrat d'association", "toute association fondée sur une cause ou en vue d'un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes moeurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l'intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement, est nulle et de nul effet". 

Pour Abdelali Mamoun, dans le cas où l'association "trahit le message qu'elle a envoyé à la préfecture, il est normal que la préfecture agisse et dissolve l'association". Il faut "remplacer" cette association "par une autre" ajoute-t-il. 

Une "commission de théologiens" nécessaire

Le problème est théologique, "les murs n'y sont pour rien" estime l'imam qui ajoute que la solution serait de "créer une commission de théologiens qui aurait un pouvoir consultatif, avec les pouvoirs publics pour décider ou non de la dissolution d’une association et non pas de la fermeture du lieu de culte".

Abdelali Mamoun rejoint Anouar Kbibech, le président du Conseil français du culte musulman, qui avait évoqué "la mise en place d'une habilitation et d'une certification des imams" avec le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Il n'existe en effet aucun "clergé" musulman en France mais depuis sa création en 2003, le Conseil français du culte musulman a vocation à représenter les musulmans de France. 
Bfmtv


Dakarflash2




1.Posté par amina le 03/12/2015 23:42
Du nouveau!!! Du nouveau!!! Bess takk chez AMINA dans un endroit calme paradisiaque et surtout l’essentielle qui est la discretion avec de belles masseuses DIPLOMEES et PROFESSIONNELLES a votre disposition alors n’hesitez pas a nous appeler aux 00221 78 136 10 63

Nouveau commentaire :