Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Namoussara Samoura, pèlerin décédé à Mina, sa veuve raconte ses derniers instants.


Tabara Aïdara, épouse de Namoussara Samoura, s’est confiée lors d’un entretien avec « l’Observateur » où elle évoque au passage le décès de son mari à Mina lors de la bousculade.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 30 Septembre 2015 || 95 Partages

Namoussara Samoura, pèlerin décédé à Mina, sa veuve raconte ses derniers instants.

« Je suis venue à la Mecque avec mon époux, Namoussara Samoura. Nous avons vécu ensemble 52 ans. Quand il m’épousait, je n’avais que 13 ans. Il est mon aîné de 10 ans. Nous avons 7 enfants, dont 5 filles. Il est originaire de Kédougou, mais nous habitons à Malika avec notre famille. Nous étions ensemble depuis le début du pèlerinage jusqu’à jeudi dernier, jour où nous devions nous rendre à Mina, pour la lapidation des stèles de Satan. Ce jour-là, je suis partie avant lui. Après mon départ, il est venu me chercher, mais on lui a dit que j’étais déjà partie. Il m’avait laissé sur place une commission. Il a dit aux gens qui étaient là-bas de me dire qu’il viendrait me chercher, à son retour de Mina. À mon retour, je l’ai attendu toute la journée, en vain. Les pèlerins avec qui nous sommes venus à La Mecque ont tenté, depuis lors, de me rassurer, me disant que mon époux devait être dans une des structures sanitaires et qu’il ne tarderait pas à rentrer à l’hôtel. Je nourrissais l’espoir de le revoir. Mais, c’est hier que j’ai été informée de son décès, à la suite de la bousculade meurtrière de jeudi dernier. J’ai aussi appris qu’il n’a pas rendu l’âme sur place, mais c’est le lendemain, vendredi, qu’il a succombé à ses blessures, à l’hôpital. J’ai vu son corps à la morgue et je pense qu’il sera enterré (aujourd’hui). C’est dur pour moi et surtout pour les enfants qui sont restés au Sénégal, mais c’est la volonté divine. Nous l’acceptons dignement », raconte la veuve. 

 


DakarFlash1



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >