Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



ONAS : 97 millions FCFA détournés par une caissière qui a pris la poudre d’escampette


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 13 Décembre 2016 || 912 partages || 0 commentaires

ONAS : 97 millions FCFA détournés par une caissière qui a pris la poudre d’escampette
Selon une source digne de foi de Leral.net, une caissière de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), a détourné une somme de 97 millions des casses de l’office et aurait pris la fuite. Et cette affaire est en train de défrayer la chronique et l’ONAS, en collégialité avec la cellule de communication de crise aurait même convoqué des journalistes pour communiquer dans cette affaire avant qu’elle ne s’ébruite dans les médiats. 

La caissière qui répond au nom de Mme M. aurait pris la fuite et reste aussi injoignable au téléphone. A-t-elle des complices ou a-t-fait le coup elle seule. Autant de questions que l’enquête diligentée va tenter de résoudre. Selon toujours la même source de Leral, le ministre de tutelle serait même déjà au courant de ce détournement de fonds à l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS). 
  
Rappelons que l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS),est une Société Publique spécialisée dans la réalisation d’ouvrages d’assainissement et de travaux de raccordement et la Collecte et traitement des eaux usées. Mais en plus des eaux usées, il sera question ces jours d’assainir les finances de l’Office. 
Leral.net vous promet d’y revenir avec plus de détails. 
  
L’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS) est un établissement public à caractère industriel et commercial chargé de la gestion du secteur de l’assainissement. 
  
Il a été créé par la loi n° 96-02 du 22 Février 1996, et organisé par le décret 96-667 du 07 Août 1996. 
  
Elle tire ses ressources financières de l’article 15 du décret 96-662 fixe notamment comme ressources de l’ONAS : avec notamment la redevance assainissement, les produits de l’exploitation, la taxe sur les constructions nouvelles ou existantes, la taxe sur la pollution, la participation des communes à l’exploitation des infrastructures d’eaux pluviales, les dons et legs qui pourraient lui être attribués. 
  
leral.net

DakarFlash3



Nouveau commentaire :