Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Organisation du combat B52-Balboa : Le Cng a-t-il changé de fusil d'épaule ?


48 heures après la sortie de son communiqué qui a laissé planer le doute sur la tenue du combat devant opposer Bombardier à Rocky Balboa en avril prochain en France, le Cng semble avoir changé de discours. Le promoteur qui a renouvelé sa licence hier doit repasser au Cng lundi pour signer le cahier de charges devant lui bénir l'organisation de son événement.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 7 Novembre 2015 || 33 Partages

Organisation du combat B52-Balboa : Le Cng a-t-il changé de fusil d'épaule ?

«Le bureau est, par principe, opposé à la tenue de ce combat, parce qu’il estime que n’importe qui ne peut se lever un bon jour, sans avoir à faire ses preuves dans l’arène, pour défier les champions de lutte sénégalaise. Ce n’est pas conforme à la réalité de la lutte qui veut qu’un athlète fasse ses preuves avant d’avoir l’opportunité de les croiser.»

C’est le contenu du communiqué du Cng qui a jeté un pavé dans la mare. Le comité s’est alors attiré les foudres du monde de la lutte qui s’est engouffré dans la brèche laissée par les textes du Cng qui n’ont jamais catégorisé les combats. La polémique a enflé alors que le Cng n’avait pas donné une position catégorique. «Pour l’heure et en attendant de recevoir toutes les informations sur ce dossier, et pour être conforme aux réalités de la lutte, le bureau envisage de s’opposer à l’organisation d’un tel combat», a dit le communiqué. 48 heures après, les choses semblent évoluer en faveur du promoteur qui n’avait cessé de croire que le Cng va lever son véto. Hier, le promoteur qui s’est rendu au bureau du Cng pour renouveler sa licence, se dit plus que rassuré, quant à la suite que le Cng lui réserve. «Il n’y a aucun problème entre le Cng et moi. Tout va rentrer dans l’ordre et l’événement aura lieu comme prévu. Je suis à nouveau convoqué lundi prochain afin de remplir le cahier de charges pour l’organisation de l’événement», a positivé Mansour Aw au téléphone.

Le promoteur de lutte Amadou Badiane, le premier à avoir organisé un gala de lutte sénégalaise avec frappe en France (8 juin 2013 à Bercy-Paris) avait connu la même frayeur avant la tenue de son événement. Alors que la presse parlait avec insistance de ce gala de lutte en France, le Cng avait sorti un communiqué pour se démarquer de l’organisation de l’événement et avait mis en garde les lutteurs qui devaient prendre part à ce gala. Mais, après s’être réuni avec le promoteur Amadou Badiane, le Cng a béni l’événement. Amadou Badiane regrette que son collègue endure la même chose. «Le Cng n’a aucun droit de dire que ce combat n’aura pas lieu. Cette décision du Cng ne repose sur aucun critère légal. Au niveau international, ce n’est pas le Cng qui régit les événements. C’est toujours la fédération hôte qui est responsable. Le Cng peut accompagner l’événement, mais ne peut pas s’immiscer dans l’organisation», dit le promoteur. «Aujourd’hui, il y a beaucoup de lutteurs sénégalais à l’extérieur du pays que le Cng ne contrôle pas. Prenez le cas des lutteurs qui sont en Italie et qui participent là-bas à des galas de lutte ! Ils ne sont pas sous l’égide du Cng. Quand Rock Mbalax luttait en France, il n’était pas sous la responsabilité du Cng. Le Cng n’a aucun droit sur un événement qui se passe à l’extérieur du pays», ajoute le patron de «Badiane Production».

 

Source : L'Observateur

Dakarflash2



Nouveau commentaire :