Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Ousmane Sonkho, président de Pastef-les patriotes : «Le pays n’avance pas, il recule dangereusement»


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 30 Octobre 2015 || 46 Partages

Ousmane Sonkho, président de Pastef-les patriotes : «Le pays n’avance pas, il recule dangereusement»

Le parti politique Pastef-les patriotes est d’avis que le pays, sous le règne du Président Macky Sall, recule à grands pas. Sur ce, son président, Ousmane Sonko, et Cie demandent un sursaut national pour «sauver» le Sénégal du «naufrage».

Pour masquer une incompétence notoire et une absence criarde de vision pour gouverner le pays, le gouvernement de Macky Sall fait dans la propagande. Ce, en surfant sur une vague de faux succès économiques et diplomatiques, avec notamment un bond au classement «Doing business» 2014, la reconnaissance de la Fao, le satisfécit du Fmi comme l’un des meilleurs réformateurs en Afrique. Que nenni ! A en croire le mouvement politique Pastef-les patriotes, le Sénégal, sous l’ère Macky Sall, est mal embarqué. Les exemples sont légions. Les chiffres font peur. «Selon le classement du Fmi, notre pays figure parmi les 25 pays les plus pauvres et les moins créateurs de richesses au monde, avec un Pib en 2015 par habitant de 934,6 dollars (comparez avec les 37 728,4 dollars par habitant pour la France)», déplore le président dudit parti. Pendant ce temps, l’on nous gave de slogans sur l’émergence, s’étonne Ousmane Sonko. «Ce pays n’avance pas. Mais, il recule dangereusement. Macky Sall ne crée ni richesse ni emploi, encore moins les conditions de la transformation structurelle de l’économie, si chère à son Pse», a-t-il regretté.
Pour le chef de file des «patriotes», les mots «vertu», «sobriété» et «rupture» que le régime «apériste» prétend faire siens, ne sont en réalité que des «termes creux et vides». «Malgré la mise en place d’institutions pléthoriques supposées lutter contre la corruption et les délits voisins, d’organes de contrôle, d’audit et d’inspection dans tous les départements étatiques, les mauvaises pratiques sont plus que jamais présentes dans l’appareil et notre Administration», dénonce l’inspecteur principal des Impôts et Domaines. Dans la foulée, M. Sonko révoque les combines politiciennes des parlementaires qui, au lieu de discuter sur l’essentiel, sont dictés par des intérêts personnels. «Les députés votent le budget des impôts. Mais, ils ne payent pas d’impôts», regrette-t-il.
Par ailleurs, «les patriotes» déplorent la magouille qui se fait dans le commerce des titres miniers au détriment du Peuple. Et que la réforme du Code général n’a pas osé attaquer, sous la pression des multinationales et de leurs bras administratifs nationaux. En outre, poursuit-il, la même mal gouvernance est notée dans le secteur de la pêche pour l’économie nationale (4,3% du Pib), la création d’emplois directs et indirects (plus de 600 000) et la sécurité alimentaire des populations sénégalaises, en général, et celles des plus démunies, en particulier. Il s’agit de fraude au tonnage par des navires industriels opérant au Sénégal et sous pavillon sénégalais, l’absence d’observateurs assermentés sur les navires opérant dans les eaux sous juridiction sénégalaise. Le président de Pastef fustige aussi les privatisations chaotiques, sous le regard passif ou la complicité bienveillante de l’Etat, ainsi que la préférence accordée aux multinationales étrangères dans l’attribution des marchés publics. Il est temps, selon «les patriotes», de faire face à ce «dumping» de notre économie nationale qui n’épargne aucun segment. Pastef lance ainsi un sursaut national pour faire face à «l’irresponsabilité des dirigeants politiques, la complicité d’une certaine élite administrative, etc.». «Ce sursaut doit prendre la forme d’une introspection et d’un engagement», conseille le patron des «patriotes».
L'obs


Dakarflash2



Nouveau commentaire :