Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Ousmane Sonko, la « réincarnation » de Mamadou Dia


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 13 Septembre 2016 || 855 Partages

En 1962, le Président SENGHOR liquide Mamadou DIA et prépare, à sa succession, le jeune Abdou DIOUF qu’il a rencontré depuis 1956. Il en fait un véritable défenseur des intérêts de la France et de la maçonnerie. Car la France est radicalement maçonnique. En 2000, une alternance redonne l’espoir au sénégalais. Le Président WADE, maçon ou ex-maçon, succède à DIOUF. Il tourne le dos, par opportunisme, aux intérêts de la France qui ne voulait pas le soutenir dans sa « dévolution monarchique ». Aujourd’hui, le Président Macky SALL le remplace mais ne marque aucune rupture. D’ailleurs la sympathie qu’il témoigne au Président DIOUF fait peur aux gens avertis. En effet, on n’est pas encore à la fin de la « France-Afrique ». Ce  programme du néocolonialisme qui consiste, pour la France, à sucer le sang africain jusqu'à la dernière goutte. Il doit son nom à Félix Houphouët BOIGNY ex-Président de la république de la Côte-d’Ivoire. 

De la dictature senghorienne au multipartisme limité en passant par DIOUF et ses réformes, la situation politique sénégalaise va connaître des mutations fondamentales dans son évolution. Cette variation s’est accentuée avec l’effondrement du mur de Berlin en 1989 : une répercussion du renversement du bloc soviétique qui va anéantir aussi le marxiste-léniniste, au vrai sens du terme, du terrain politique de notre pays. Finalement toutes les idéologies qui s’y trouvaient s’éteignent. Désormais la politique qui s’y définit ne rend plus compte de l’existence indifférente d’un socialisme et d’un libéralisme. C’est une politique démagogique qui s’y développe jusqu’à l’arrivée du Président SALL qui ne s’en distingue nullement. 

La démission du Premier Ministre d'Abdoul MBAYE en est l’explication la plus pertinente. Car l’auteur de la seconde alternance n'exécute plus une vraie politique de développement. Il ne fait que tâtonner. Peut-être que les allégations du fameux Jules DIOP se justifient : « si nous avions à confier à Macky SALL un poste dans l’Etat, cela devrait être uniquement la direction de PETROSEN. » Le Premier Ministre, Idrissa SECK aussi disait : « Macky SALL pourrait bien être de bonne foi, mais il est nul politiquement. » 

Toutefois il ne sait plus là où il met les pieds. On enregistre tellement de scandales qui demeurent, jusqu’à présent, flous dans la tête du peuple sénégalais : Arcelor Mittal, Pétro Tim,  Africa Energy, Ovidiu tender, Bictogo, le marché du Building Administratif…  

Ceci va provoquer une alerte chez de jeunes compatriotes sénégalais comme Ousmane SONKO et autres. Ainsi la création d’un parti politique de rupture devient imminente et indispensable : c’est la naissance des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF). 

Ousmane SONKO, un Inspecteur des Impôts et Domaines, un patriote hors pair, est porté à la tête de ce parti. C'est le retour du Grand Maodo. Désormais les Sénégalais sont invités à faire la politique autrement : PASTEF, les Patriotes lance une campagne de « don de soi pour la patrie » et en fait sa propre devise. 

Or « le don de soi pour la patrie » n’est pas une vaine expression : ce sont des mots qui se prononcer aisément, mais plein de sens. Ils ne peuvent s’appliquer qu’aux personnes éprises de vertu. Ce qui signifie, en toute corrélation, que les camarades patriotes sont des sénégalais vertueux. 

Et pour joindre l’acte à la parole, le Président SONKO vient de nous en faire la plus belle démonstration : il a choisi les intérêts de sa patrie aux intérêts égoïstes et individuels. Il a opté de lutter contre les pilleurs des ressources de la nation au prix de tout avantage. Il est déterminé à croiser le fer contre Macky SALL et son troupeau. 

Tout compte fait, le peuple sénégalais ne le laissera jamais seul. Il s’engagera derrière lui, le soutiendra et luttera à ses côtés jusqu’à la victoire finale qui, seule, sera le commencement des vraies solutions pour développer notre pays. Car pour faire émerger le Sénégal, on a besoin de gens qui l’aiment pour le protéger. Ce que nous ne trouvons, actuellement, que dans PASTEF dont l’essence est exclusivement l’amour et la protection de la patrie.  


Assane Bocar NIANE 
Parcelles Assainies 
assanebocarbaydi@yahoo.fr  


DakarFlash3




1.Posté par Guti Hernandez le 13/09/2016 12:10
sonko est entrain d'introduire son recours devant la cour supreme qui annulera le décret du présent en vertu du non-respect des moyens de légalité externe et les moyens de légalité interne.
tendez votre micro et vous constaterez que le président sale est vomi par le peuple sénégalais qu'il a déçu. le président sale sait pertinemment au second tour, y'aura un bloc contre lui et il sera laminé;
bon wait and see.
macky, lion qui dort, tueur, qui radie plus vite que son ombre

2.Posté par SA KAADIOR 2 le 13/09/2016 12:49
INSULTE A LA MEMOIRE DE DIA

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >