Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



PLACE SOUS CONTROLE JUDICIAIRE: Qui pour soutenir Abdoul Mbaye ?


Sur le front politique et judiciaire, l’ancien Premier ministre sénégalais est confronté à une âpre adversité. Et comme du temps de sa primature, il manque cruellement de bouclier pour parer aux piques qui fusent de partout.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 4 Août 2016 || 45 Partages

PLACE SOUS CONTROLE JUDICIAIRE: Qui pour soutenir Abdoul Mbaye ?

Après 17 mois passés à la Primature, le compagnonnage entre Macky Sall et Abdoul Mbaye a fini en queue de poisson. Pis, l’ex-premier ministre qui a lancé son Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), en mai dernier, semble être frappé du syndrome Idrissa Seck pour avoir nourri des ambitions présidentielles. Actuellement placé sous contrôle judiciaire pour complicité de faux, usage de faux et escroquerie au préjudice de son ex-épouse, Abdoul Mbaye expérimente les premiers désagréments de son engagement politique. Le ‘‘jeune premier’’ semble avoir perdu son angélisme contagieux depuis la sortie d’Idrissa Seck décriant la mainmise des banquiers sur l’économie sénégalaise. Depuis lors, des sorties contre l’ex-Pm se sont enchaînées de la part des membres de la mouvance présidentielle, de chroniqueurs, qui ont fait passer les critiques du maire de Thiès pour des bénédictions.

Abdoul Mbaye, qui s’est aguerri entre-temps, prend goût au jeu politique, et après l’éviction de son poste, sa position pour le NON au référendum du 20 mars 2016 n’est pas une surprise. Deux mois plus tard, le 14 mai, la modalité de lancement de son parti prouve qu’il apprend très vite. Il ‘‘récupère’’ un parti déjà existant et évite le piège de la non-délivrance d’un récépissé, en passant par la voie normale. 

Les businessmen OK

Sur quelles forces peut bien s’appuyer Abdoul Mbaye pour mener à bien le projet de conquête du pouvoir ? En tant qu’ancien homme d’affaires et haut cadre de banque, la réponse coule de source : Dans les milieux d’affaires qui constituent un bastion presque naturel de sympathisants prêts à l’accompagner sur cette pente sinueuse.  Les appuis les plus solides de son carnet d’adresses sont à n’en point douter ses parents et amis étrangers. “Il peut compter sur le soutien de son influent frère, Cheikh Tidiane Mbaye, de son réseau d’anciens camarades HEC à Paris aujourd’hui bien placés dans l’appareil d’État français et dont le plus illustre est sans doute, le président François Hollande.

Il est aussi très proche de Ouattara qui l’a eu sous ses ordres à la Bceao au milieu des années 70”, informait un proche de la famille Mbaye dans nos colonnes en mars dernier. Un autre soutien de taille est celui du milliardaire et propriétaire de NMA Sanders Ameth Amar. Il se dit même que l’intérêt récent que lui porte le fisc sénégalais ne serait pas étranger à sa proximité avec Abdoul Mbaye. Le décès, il y a trois jours, du président de la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de  Dakar (CCIAD), Mamadou Lamine Niang, son appui le plus ouvertement assumé, est un coup dur en ces temps d’offensive adverse. ‘‘Nous étions ensemble avec d’autres patriotes pour faire surgir le Conseil national du patronat. Ensemble pour recapitaliser et sauver la banque BIAO-S. Ensemble pour reconstituer le fonds de commerce de la banque BST. Et de nouveau ensemble pour fonder le club Travail et vertu’’, s’est fendu Abdoul Mbaye sur sa page Facebook.

‘’Majorité silencieuse’’

A côté de ces collaborateurs connus, c’est l’énigme totale sur les hommes de la galaxie Mbaye. L’entourage est à l’image de l’ancien chef du gouvernement : d’une discrétion absolue. Impossible de faire la lumière sur certaines alliances qu’on lui prête. Et si l’on en parle, c’est pour revendiquer un attachement autre que politique. L’homme d’affaires Mamadou Ndoye refuse obstinément tout rapprochement de nature politicienne avec l’ex-Pm avec lequel il avoue entretenir de bonnes relations. Tout comme le théoricien du Plan Gabon Emergent, Victor Ndiaye.

‘‘Beaucoup d’hommes d’affaires devenus milliardaires se sentent le devoir de lui retourner la politesse’’, souffle un proche collaborateur. D’autres sources infirment cette thèse et soutiennent que même sa posture de Dg de banque ne lui permettait pas de faire avancer ou bloquer un dossier sans l’accord des autres membres du Conseil d’administration. Cependant, tous s’accordent à dire qu’il a une sorte de majorité silencieuse dans le milieu des affaires qui néanmoins ne prendra le risque de tomber le masque qu’en temps opportun. En attendant, le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) semble être en panne de soutiens. Surtout que sa nouvelle formation politique est loin d’être un foudre de guerre.

Enquête


Dakarflash2



Nouveau commentaire :