Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



PREPARATIFS TABASKI 2015 : A Kolda, le prix du mouton varie entre 22 mille et 300 mille francs CFA


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 22 Septembre 2015 || 19 Partages

PREPARATIFS TABASKI 2015 : A Kolda, le prix du mouton varie entre 22 mille et 300 mille francs CFA

A quelques jours de la fête du mouton, c’est l’effervescence dans les différents points de vente de la région de Kolda. Les prix varient entre 22 mille et 300 mille francs CFA. Malgré tout, la clientèle se fait rare. Une situation qui se justifie, selon certains, par la pauvreté. Pour s’enquérir des préparatifs de cette fête, EnQuête a fait un tour dans certains points de vente de la région de Kolda.

 

Tabaski, une fête populaire qui commémore l’obéissance d’Abraham à Dieu. A Kolda, comme chaque année, à l’approche de ce grand rendez-vous festif, le mouton se présente comme une denrée précieuse. Cette année, les clients ne se plaignent pas de la cherté du mouton. Car il est à la portée de tous, contrairement aux années précédentes où les prix connaissaient une envolée spectaculaire. Un tour dans certains points de vente ce week-end a suffi pour s’en convaincre.

De Sikilo, Elevage, Saré Yoba Diéga, Témento Djida, en passant par la commune de Vélingara, Manda Douane et Diaobé, le constat est le même. Ces différents points de vente de la région sont inondés de moutons venus d’horizons divers. Chez les vendeurs de bétail, l’ambiance n’est pas comme celle qu’on attendait.

‘’Cette année les moutons ne se font pas rare. Vous voyez, qu’il y a des moutons à gogo. Mais les gens posent le problème du manque d’argent. D’ailleurs, certains vendeurs sont obligés de quitter les points de vente pour sillonner les rues de la commune de Kolda à la recherche de clients’’, explique Moussa Ly, un des vendeurs trouvé au point de vente de l’élevage. 

Selon Ousmane Sy, vendeur de son état, cette année, le marché de bétail risque de ne pas être concluant à cause de la rareté des clients, malgré le prix abordable des moutons. ‘’ Les prix se négocient entre 22 mille à 300 mille francs CFA ‘’, soutient-il.

‘’A 10 jours de la fête, on pouvait se retrouver avec plus d’une dizaine de moutons déjà vendus. Mais cette année vraiment, c’est la désolation, pour le moment‘’, s’étonne Sambarou Seydi, vendeur de son état, rencontré à Vélingara commune.

A en croire Chérif Diop, les vendeurs risquent de perdre gros. ‘’Car, dit-il, nous payons les taxes à la mairie, à l’abattoir….. Et, en plus de cela, nous devons payer des aliments de bétail pour nourrir le troupeau. Nous sommes des commerçants, nous devons réaliser des bénéfices, mais au rythme où vont les  choses, nous allons droit vers la perte.’’

De Sikilo, Elevage, Saré Yoba Diéga, Témento Djida, en passant par la commune de Vélingara, Manda Douane et Diaobé, les clients rencontrés sur le marché du bétail évoquent la question du manque d’argent. Amadou Diouldé Baldé, trouvé devant le seuil de sa maison à Vélingara commune, justifie cette situation par la pauvreté qui est ressentie un peu partout.

‘’Vous savez, en cette période, il n’y a pas d’argent. Les arachides et le maïs vendus que vous voyez sur le marché ne suffisent pas aux propriétaires pour préparer la fête de Tabaski, la rentrée des classes qui se pointe à l’horizon, l’achat des fournitures des enfants, sans compter la nourriture et les problèmes de santé des membres de la famille’’, a tonné Hasmihou Diallo, un chef de famille, rencontré au point de vente de Saré Yoba Diéga. Malgré tout, certains fidèles musulmans estiment qu’ils doivent faire d’énormes sacrifices pour s’offrir un mouton. ‘’Car le sacrifice n’a pas de prix’’, disent-ils.
Enqueteplus
 


Dakarflash2



Nouveau commentaire :