Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Pikine – Roué de coups et livré à la police, l’antiquaire pédophile se lâche : «J’ai une attirance pour les gamines...»


C’est finalement aujourd’hui que le sieur D. Sow, surpris sur le point de violer une fillette de 6 ans, sera conduit au parquet, pour tentative de viol et acte de pédophilie. Face aux enquêteurs, D. Sow avait convoqué le diable, pour expliquer sa déviance.

Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 6 Mai 2016 || 1688 Partages

Pikine – Roué de coups et livré à la police, l’antiquaire pédophile se lâche : «J’ai une attirance pour les gamines...»

Mardi 3 mai dernier, à Pikine-Khourounar, une foule en colère s’acharne sur un individu âgé d’une trentaine d’années. Tout y passe. Pour les hommes, ce sont des coups de poings, de pieds, alors que les dames, chaussures à la main, ciblent violemment la tête de l’individu pour qui, le chemin qui mène à la police de Pikine semblait très long. Un vrai supplice pour D. Sow qui arrive exténué, mais soulagé au commissariat de police de Pikine, où il est pris en charge par les enquêteurs. Dehors, la foule continue de gronder. Il était dix neuf heures.

Une heure plus tôt, dans les rues de Pikine- Khourounar, F.F, une jeune élève, âgée de 6 ans, les jambes enfouies dans un pantalon jean, les chevaux au vent, le sac en bandoulière, revenait de l’école lorsqu’elle tombe sur D. Sow, un antiquaire habillé juste d’un tee-shirt et d’une culotte. Le bonhomme, plus d’une fois surpris avec une gamine, sait comment s’y prendre pour amadouer les fillettes et les obliger à le suivre. Cette fois encore, c’est sans peine que Sow se saisit de la main de l’écolière et l’entraîne dans une maison à étages, dont le rez-de-chaussée s’était vidé de ses occupants, tous partis au boulot. Très vite, l’antiquaire choisit la cage d’escaliers où il se retire avec l’écolière, commence à la déshabiller, réussit à ouvrir la braguette de son jean, avant de laisser promener ses deux mains sur son frêle corps.

Tétanisée par la peur, le corps tremblant comme une feuille morte, la gamine se laisse faire sans broncher. Une absence de réaction qui sonne comme un encouragement pour l’antiquaire. Lorsqu’une des chambres situées au premier étage s’ouvre, l’antiquaire, occupé à ses attouchements sur la gamine, ne s’en rend même pas compte. A la porte de la chambre qui vient de s’ouvrir, une dame tombe sur la scène, cafouille, prend peur, puis retourne dans sa chambre, se penche sur le balcon qui donne sur la rue et hurle de toutes ses forces : «Venez vite, un monsieur s’est retiré avec une gamine sous les escaliers. Vite ! vite !» C’est la ruée vers la maison. Surpris par la foule déferlante, l’antiquaire, extrait de la cage des escaliers, est traîné dans la cour de la maison, avant qu’une pluie de coups ne commence à s’abattre sur lui. Il en sera ainsi pendant tout le trajet le menant à la police de Pikine située à un jet de pierres.

Devant les enquêteurs, D. Sow a d’abord nié les faits, avant de passer aux aveux. «J’ignore vraiment ce qui me pousse à agir de la sorte. Une force invisible me pousse vers les petites filles. J’ai une réelle attirance pour elles.» Des aveux confirmés par son oncle qui a expliqué aux enquêteurs que l’antiquaire n’en est pas à son premier coup. Quant aux parents de la gamine, ils ont été rassurés par les conclusions du gynécologue de l’hôpital «Roi Baudouin» de Guédiawaye qui avait été réquisitionné par la police. «Il n’y a pas eu de conjonction sexuelle», a mentionné la blouse blanche.

L'obs


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:05 Affaire des masseuses de Yoff: le verdict est tombé