Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Pour y voir plus clair dans l’utilisation des fonds publics, l’attribution des marchés de l’Etat… : Mamadou Goumbala lance l’Initiative nationale pour la reddition des comptes (INRC)


Mamadou Goumbala ne se limite pas à militer au Grand Parti pour s’opposer au pouvoir actuel. Plus globalement, son principal combat reste la reddition des comptes. C’est dans ce sens qu’il a décidé de lancer l’Initiative nationale pour la reddition des comptes (INRC). Il demande aux autorités de donner plus d’importance aux autres fonctionnaires tels que les enseignants, les médecins qui sont laissés en rade en faveur des hauts fonctionnaires, magistrats, généraux, ministres etc.

Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 31 Octobre 2017 || 33 partages || 0 commentaires

Pour y voir plus clair dans l’utilisation des fonds publics, l’attribution des marchés de l’Etat… : Mamadou Goumbala lance l’Initiative nationale pour la reddition des comptes (INRC)
Depuis son départ de l’Alliance des forces du progrès (AFP) et son ralliement au Grand Parti de son  ancien camarde progressiste, Malick Gakou, Mamadou Goumbala ne cesse de critiquer l’action du régime du Président Macky Sall. 

C’est dans ce sens qu’il a décidé de lancer l’Initiative nationale pour la reddition des comptes. Après une longue réflexion, le bouillant militant du Grand Parti, en collaboration avec des amis, a décidé de faire de cette initiative, un mouvement. « Nous disons en toute honnêteté que cette initiative n’est affiliée à aucune formation politique, elle n’est à la solde de personne, et constitue encore moins une rampe de lancement de politique politicienne », assure M. Goumbala. 

Pour trouver son inspiration, le militant du Grand Parti est allé chercher hors du continent. Selon lui, cette initiative s’inspire des ‘’Indignés’’ espagnols, des indépendantistes de la Catalogne mais aussi de l’altermondialiste français, José Bové. Elle épouse aussi, selon lui, les idées de la "France insoumise" de Jean Luc Mélenchon. « Nous demandons à tous les patriotes sénégalais de se joindre à nous pour lancer et mettre en orbite, la préoccupation de nos biens spoliés et de notre démocratie mise sous scellés », appelle le militant du GP. 

D’après lui, on a toujours l’habitude de ne parler que des comptes financiers, mais il y a d’autres qu’on oublie souvent. « On ne parle jamais des comptes concernant le principe de la comptabilité des salaires. Car, cet argent est bouffé par les généraux à la retraite, les anciens présidents, les magistrats et quelques hauts fonctionnaires de la République au détriment de plus gros personnel de la fonction publique qui n’a rien », s’étrangle Mamadou Goumbala. 

Building administratif 

Face à cette iniquité, le soutien de Malick Gakou estime qu’il faut remettre les choses à plat et voir ce qu’on peut faire pour y remédier. L’initiateur de l’INRC souligne que la masse salariale est partagée entre ces différents corps ainsi que les cabinets des ministres pendant que sont laissés en rade, les enseignants, les médecins et autres. 

Dans cette reddition des comptes, Mamadou Goumbala pense à tous ceux qui distribuent de l’argent à gauche à droite sans qu’ils ne soient inquiétés même par le rapport d’une enquête. « Tous ces directeurs généraux de sociétés nationales ayant utilisé des fonds publics pour battre campagne lors des dernières législatives, doivent rendre compte », soutient Mamadou. 

L’attribution des marchés publics également doit, selon lui, faire l’objet d’un audit surtout que des sommes faramineuses sont en jeu. La bête noire du leader de l’AFP, Moustapha Niasse, cite l’exemple de réfection du building administratif, dans laquelle on a mis près de 20 milliards de francs, sans appel d’offres. « Au même moment, on loue ailleurs et on laisse de côté l’enseignement en général, la santé, c’est inacceptable », dit-il. 

Mamadou Goumbala a pour ambition, avec cette initiative, d’installer dans toutes les localités du pays, des cellules de l’Initiative nationale pour la reddition des comptes. 



Le Témoin

Dakarflash6



Nouveau commentaire :