Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Présidentielle en Côte d’Ivoire : polémique sur la participation


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 27 Octobre 2015 || 8 Partages

Les résultats de l’élection présidentielle sont toujours attendus en Côte d’Ivoire, mais, déjà, le taux de participation fait débat. D’après le premier vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI), le scrutin de dimanche a mobilisé 60 % des électeurs, tandis que la Plateforme des organisations de la société civile pour l’observation des élections en Côte d’Ivoire (POECI) estime à « 53 % avec un degré de précision de plus ou moins 1,8 % » la part des votants.

Environ 6,3 millions d’Ivoiriens étaient appelés à voter dimanche pour la présidentielle dont le chef d’Etat sortant, Alassane Ouattara, est le grand favori. Trois candidats et une partie de l’opposition avaient appelé au boycott, qualifiant le scrutin de « mascarade électorale ».


Les observateurs s’attendaient à une faible participation, inférieure en tout cas à celle de 2010 lorsqu’elle avait frôlé les 80 %. « L’issue [du vote] est connue. On ne peut pas dire que le suspense soit haletant », ironisait un observateur étranger misant sur la victoire dès le premier tour du président Ouattara, 73 ans. Un des principaux candidats, Kouadio Konan Bertrand, dit « KKB », a d’ailleurs félicité dès lundi soir le sortant. « Au regard des résultats en notre possession, il semble évident que le [chef de l’Etat] est en train d’obtenir la majorité des suffrages nécessaires pour êtreréélu président pour les cinq années à venir », a-t-il déclaré.

L’opposant Pascal Affi N’Guessan, représentant du Front populaire ivoirien (FPI) fondé par l’ex-président Laurent Gbagbo, devrait arriver en deuxième position sur un total de sept candidats. Il était handicapé par l’appel au boycott du vote par une partie de sa formation.

« C’était transparent »

Dès dimanche soir, se fiant à des résultats parcellaires non officiels, certains des partisans d’ADO (Alassane Dramane Ouattara) ont fêté leur champion. Cette élection, dans la première économie d’Afrique de l’Ouest et leader mondial de la production de cacao, est considérée par la communauté internationale comme cruciale pour tourner définitivement la page des violences meurtrières de 2010.

« Pour ce que l’on a observé, je crois que l’on peut, sans risque de nous tromper, tirer cette conclusion que ça a été bien organisé, que c’était transparent », a affirmé Aminata Touré, chef de mission de l’Union africaine d’observation. Parmi les problèmes recensés pendant le scrutin, de nombreux retards à l’ouverture des bureaux et des difficultés concernant les tablettes anti-fraude ont été observés.

Grand absent du scrutin, l’ex-président Laurent Gbagbo attend son jugement pour crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale dans une cellule au Pays-Bas. En 2010, son refus dereconnaître la victoire de M. Ouattara avait plongé le pays dans cinq mois de conflit qui s’étaient soldés par la mort de 3 000 personnes, épilogue sanglant d’une décennie de crise politico-militaire.

 
le monde

DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 12:07 Fillon lance l'offensive contre Valls