Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Présumé Jihadiste : Comment Moustapha Diatta est tombé dans la nasse de la DIC


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 9 Février 2016 || 506 Partages

Présumé Jihadiste : Comment Moustapha Diatta est tombé dans la nasse de la DIC
Il a fini par tomber  dans la nasse  des redoutables mais redoutables  limiers de la Division des Investigations Criminelles (DIC).Il, c'est Moustapha Diatta. En effet, dakarposte tient de sources concordantes qu'au moment où ces lignes sont écrites, il est au "frais" (en garde à vue)  dans un lieu tenu secret par la police.  De nos recoupements, nous tenons qu'il fréquentait assidument une mosquée sise vers Fann Hock à quelques encablures de la baie de Soumbédioune.

Il est réputé "ami à l'Imam de ladite mosquée". Et, c'est juste après la prière de Timis en ce lundi 9  février  qu'il a été cravaté par des éléments de la Dic.  

Révélations sur le film de son arrestation 

En fait, Moustapha Diatta n'était pas sans savoir qu'il faisait l'objet au même titre que d'autres suspects d'une surveillance accrue des limiers. Filé "night and day" (nuit et jour), ses moindres faits et gestes étaient épiés. 

Selon  nos sources, depuis l'attaque de l'hôtel Radisson Blu de  Bamako entre autres, les limiers de la police judiciaire de concert avec les différents services de renseignements du Sénégal aidés en cela par leurs collègues d'autres polices, ont à l'oeil plusieurs individus. "Nous travaillons depuis un bon bout de temps sur ça et croyez moi on arrête pas comme ça une personne sans pour autant avoir suffisamment de preuves" nous souffle une source au fait de l'arrestation de Moustapha Diatta,qui est donc soupçonné d'avoir des "link" avec des mouvements terroristes. 

Il ignorait que les limiers le suivaient comme de l'huile sur le feu. S'habillant souvent en tenue traditionnelle surmonté de bonnet à son image, les policiers qui l'avaient à l'oeil priaient sur la même rangée que lui depuis des semaines. Pour ainsi dire que jusqu'avant son arrestation survenu ce lundi, les limiers de la DIC n'ont laissé de trace  dans le souvenir de ce individu surveillé. 

Il nous revient que durant cette "mission Moustapha Diatta", les limiers  à ses basques ont fait  preuve d’aptitude à jouer la comédie et s’adapter en permanence à son environnement.  En clair,  dans certaines situations, les policiers avec leur accoutrement étaient assimilables à de vrais jihadistes. 

Munis d'assez d'éléments compromettants,les limiers de la Dic ont fini par passer à l'action avec une grande prudence.  Armés jusqu'aux dents, ils   ont du recourir à un renfort de collègues. Qui ont "fait mouvement" pour reprendre leur jargon, sur les lieux d'une façon échelonnée. Isolée par équipe, les limiers se sont positionnés de façon discrète dans le souci de ne pas se faire remarquer. Alpagué peu après la prière de Timis, il a été conduit sous bonne escorte dans sa maison sis à la Sicap Baobab.  

Menotté, il sera conduit à son domicile aux fins d'une perquisition. Comme cela se passe, toutes les issues seront bouclées et la maison sise à Sicap Baobab passée au peigne fin. Quelques heures après, les éléments de la DIC prendront congé des lieux emportant avec eux l'ordinateur portable et fixe de Diatta et  d'autres accessoires notamment son téléphone portable. Qui seront passés au laser, c'est à dire épluchés par la police scientifique. 
Aux dernières nouvelles, Moustapha Diatta a adopté la dénégation systématique. Comme disait l'autre, "même pris la main dans le sac,il faut toujours nier". 
Il sera conduit, sauf revirement, au niveau du parquet de Dakar à l'issue des délais de rigueur de garde à vue. 
avec dakarposte

DakarFlash3



Nouveau commentaire :