Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Procès Habré: Mahamat Nour Dadji craque à la barre et interpelle l'accusé (mis à jour)


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 29 Septembre 2015 || 51 Partages

A 45 ans, Mahamat Nour Dadji est ingénieur en pétrole. Emu, le témoin est au bord des larmes. Son frère et son père ont été arrêtés le 28 mai 1987 par Guihini Koreï et Mahamat Djibrine dit "El Djonto », déclare l’ingénieur à la barre cet après-midi. «Mon père et moi avons été embarqués dans une Mercedes noire immatriculé PR-02 », déclare Mahamat Nour Dadji. L’homme garde un très mauvais souvenir de la prison. «J'ai vu un homme à qui on arrachait les dix (10) ongles des mains avec une pince et il n'a pas broché », sert-il.  «Nous avons été libérés deux (2) semaines en nous disant: «Vous n'avez rien vu, vous n'avez rien entendu».


Administrateur de formation, le père de Mahamat Nour Dadji était le directeur de la SONASUT, société sucrière du Tchad. Ils avaient trois (3) repas par jour mais après lesdits événements, c’est à peine s’ils arrivaient à manger, souligne le témoin qu indique qu’Hissein Habré était l’ami intime de son père, un chef de file des Hadjaraïs. Lors desdits événements, Mahamat Nour Dadji précise qu'il avait 17 ans. «Je n’ai pas compris cet acharnement à vouloir anéantir la famille. Imaginer être chassé de sa maison sans ressources avec des journées sans nourriture. J’étais jeune à cette époque et je pouvais comprendre mais mes petits frères, ceux qui avaient 5 ans, 3 ans, ils ne pouvaient pas. Subitement, les choses les plus simples telles que la nourriture, manquaient… », déclare le témoin qui dira avoir vu Hissein Habré chez eux une fois en 1984. «Cela m’étonnerait que M. Habré soit fidèle en amitié », scande dès lors Mahamat Nour Dadji. 


La question est posée par Me Beauthier à savoir si le témoin avait quelque chose à demander au président Hissein Habré, qu’est-ce que ce serait ? «Qu’il me dise qu’est-ce que mon père lui a fait ? Pourquoi cet acharnement ? Comment il est mort ?... ». L’avocat de la partie civile une réaction de la part de l’accusé. « Qu’avez-vous à dire M. Habré ? », pose le conseil belge. La question reste sans réponse. Toujours de blanc vêtu, l’ancien président Tchadien reste de marbre. Me Georges-Henri Beauthier sollicite l’intervention de la chambre pour qu’Hissein Habré réagisse. «Si M. Habré a quelque chose à dire, certainement il le dira », clos le président Gustave Gberdao Kam. Pour l'heure, le témoin est interrogé par les avocats commis d'office pour assurer la défense de l'accusé. Il faut dire que les échanges sont plutôt houleux entre Mahamat Nour Dadji et Me Mounir Ballal. «Ne vous emballez pas M. Dadji, nous sommes là pour la manifestation de la vérité», dit la robe noire. «Je n’aurais pas fait tous ces kilomètres sinon… », réplique le témoin.



Me Ballal oriente les débats sur "une tentative de coup d'Etat fomenté à l'époque".  Me Gningue parle de "menaces troubles à la sécurité de l'Etat" en insistant sur les "réunions" qui se tenaient chez les Dadji avec des militaires. "A cette période la situation politique ne m'intéressait pas. De tels sujets se traitaient entre adultes, on ne va pas dire à un enfant ce qui se passe", esquive Mahamat Nour Dadji. 

Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 22:18 Les menaces de Macky Sall aux voleurs de bétail