Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Profanation de tombe - A. Samb, père du défunt : «J'ai trouvé le corps de mon fils à moitié...»


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 16 Février 2016 || 543 Partages

Profanation de tombe - A. Samb, père du défunt : «J'ai trouvé le corps de mon fils à moitié...»

La tombe de son fils profanée 24 heures après son inhumation, A. Samb a crié sa peine. « G. Samb est décédé, le dimanche aux environs de 13 heures 30. Et nous l’avons inhumé au cimetière de Yeumbeul, 4 heures plus tard. C’est-à-dire à 17 heures 30. Il était maladif et il lui arrivait souvent de garder le lit. Et quand ça allait mieux, il retournait en classe, à l’école Abdou Ndiaye, sise à Yeumbeul-Sud. Cette année, il devait se présenter à l’examen de l’entrée en sixième », raconte le père du défunt.

Hélas, ce dimanche 14 février, la maladie a eu raison de G. Samb. Et c’est ce lundi (15 février), aux environs de 8 heures 30, alors que la famille éplorée continuait de recevoir des parents venus présenter leurs condoléances que l’imam a informé le père du défunt de l’exhumation du corps de son défunt enfant. « Je suis allé immédiatement au cimetière de Yeumbeul où j’ai trouvé les policiers postés à l’entrée. En leur compagnie, nous avons emprunté une allée qui mène à sa tombe. Elle (la tombe) était ouverte et le corps à moitié nu, exposé à l’air libre, et déposé sur une tombe, ayant une murette. J’étais à la fois choqué et en colère quand j’ai vu mon enfant couché sur le flanc », a confié le père meurtri.

Dans les colonnes de L’Observateur de ce mardi 16 février 2016, il revient sur ce qui l’a le plus fait mal dans cette histoire : « Enterrer son enfant et revenir quelques heures plus tard pour constater que son corps a été extrait de sa tombe sans ménagement, j’avoue que cela est dur à vivre pour un parent. Et plus encore quand je pense qu’il a passé la nuit dans cette position, sans couverture, livré au vent frais qui souffle à cette période de l’année. J’ai terriblement mal. Aucune blessure n’a été constatée sur le corps. Les trois linceuls les plus importants ont été emportés. Je suis certes croyant et j’arrive tant bien que mal à supporter cette épreuve, mais j’avoue que c’est difficile. Pour que plus aucun parent ne vive pareille situation, j’exhorte l’État et les communes à sécuriser davantage les cimetières. Il serait bien que la paie des gardiens et fossoyeurs soit conséquente, afin qu’ils puissent veiller nuit et jour sur nos morts », plaide A. Samb.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 07:44 Revue de Presse du 03 Décembre 2016 Rfm