Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Quand le président Sall vend le Sénégal à l’Inde : «Ku yeex niakk»*


Le Chef de l’Etat s’est prononcé en marge du 3e Sommet Inde-Afrique. D’emblée, le président Sall explique qu’il a «tenu à prendre part personnellement à cette rencontre pour exprimer toute l’attention que j’accorde à l’investissement privé entre nos deux pays». «L’Inde et le Sénégal ont des relations politiques anciennes et confiantes, et une coopération économique officielle vieille de plus de 40 ans, dotée d’un cadre juridique adéquat. De plus, nos deux pays sont des démocraties stables, qui pratiquent les règles du marché et de la libre entreprise comme facteurs de croissance et de développement», indique le président Sall.

Rédigé par DakarFlash.com, le Samedi 31 Octobre 2015 || 10 Partages

Quand le président Sall vend le Sénégal à l’Inde : «Ku yeex niakk»*
Le Chef de l’Etat s’est prononcé en marge du 3e Sommet Inde-Afrique. D’emblée, le président Sall explique qu’il a «tenu à prendre part personnellement à cette rencontre pour exprimer toute l’attention que j’accorde à l’investissement privé entre nos deux pays». «L’Inde et le Sénégal ont des relations politiques anciennes et confiantes, et une coopération économique officielle vieille de plus de 40 ans, dotée d’un cadre juridique adéquat. De plus, nos deux pays sont des démocraties stables, qui pratiquent les règles du marché et de la libre entreprise comme facteurs de croissance et de développement», indique le président Sall. 
Et de poursuivre: «Au Sénégal, nous avons lancé depuis février 2014 une nouvelle stratégie de développement économique et social avec le Plan Sénégal Emergent (PSE). Nous cherchons, dans cette nouvelle dynamique de progrès, à faire du Sénégal un pays émergent à l’horizon 2035 avec une croissance annuelle moyenne de 7%. Le PSE repose sur les secteurs stratégiques de l’agriculture, des infrastructures, de l’énergie, des mines, du tourisme, des Tic et de l’habitat. Chacun de ces secteurs offre des opportunités d’affaires, dont certains peuvent être réalisés à travers un partenariat public- privé». 


Se limitant à ses trois (3) secteurs, le successeur de Wade aborde ensuite de «l’agriculture» à travers le lancement du «vaste Programme national pour l’autosuffisance en riz à l’horizon 2017, avec l’appui de la coopération indienne». Mais formule le président Sall: «Nous avons besoin de mécaniser davantage notre agriculture pour une production à grande échelle et la transformation des produits locaux avec des équipements adaptés au monde rural…». Après les infrastructures, y compris l’habitat où des efforts sont consentis «sur la densification du réseau routier avec plus de 30 projets ; la modernisation du chemin de fer entre le Sénégal et le Mali, sur 1200 km ; la réalisation d’une ligne de train rapide sur 45 km, entre Dakar et un nouvel aéroport international en cours de finition », le président Sall met avant l’«expérience réussie d’autoroute à péage, en partenariat public-privé». 
  
Sur le volet habitat, le Chef de l’Etat qui précise que la demande est forte, parle du développement d’une ville nouvelle à une trentaine de km de Dakar. «Le site est en plein chantier. Il comprendra toutes les facilités, comme le Centre international de conférences déjà opérationnel et un parc industriel en construction. Et le site est déjà desservi par une autoroute. Une société indienne figure d’ailleurs parmi les constructeurs de cette nouvelle ville», assure-t-il. Ce, pour expliquer que «le Sénégal est une destination dynamique, ouverte à tous, sans exception, et en toute transparence». 

«J’insiste sur le fait que c’est toute l’Afrique qui est aujourd’hui en phase de croissance. Et il n’y a aucun risque particulier à y investir. Ceux qui hésitent encore à venir faire des affaires en Afrique vont certainement le regretter dans quelques années. Le Sénégal est bien placé dans cette nouvelle dynamique. Moi qui vous parle, je suis le 4e Président du Sénégal depuis notre indépendance. Nous n’avons jamais connu de coup d’état et nous pratiquons une démocratie pluraliste et apaisée, comme en Inde. Et nous sommes disposés à travailler avec vous sur l’ensemble des opportunités du Plan Sénégal Emergent», chante le président Sall qui termine en ces termes : «Je sais que certains d’entre sont actifs au Sénégal depuis plusieurs années, notamment dans le domaine des phosphates et de l’industrie automobile, entre autres. Je voudrais vous encourager tous à suivre les pas de ces pionniers, parce que c’est le bon moment. Car il y a un dicton de chez nous qui dit: «Ku yeex niakk». Alors, nous vous donnons tous rendez-vous au Sénégal pour un partenariat mutuellement bénéfique». 
  
Ku yeex niakk: le retardataire perd

Pressafrik

DakarFlash1



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >