Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



[REPORTAGE] Le gaspillage, l’indiscipline et la festivité à la sénégalaise deviennent des phénomènes pires que la corruption


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 4 Février 2016 || 381 Partages

[REPORTAGE] Le gaspillage, l’indiscipline et la festivité à la sénégalaise deviennent des phénomènes pires que la corruption
Le gaspillage, l’indiscipline et la festivité à la sénégalaise sont pires que la corruption parce qu’ils ne profitent à personne.
Le Sénégalais est pauvre et indiscipliné, mais gaspille et distribue des billets de banque dans les « xawaaré et lamb ».
Le Sénégal, si pauvre en ressources naturelles, peut-il aspirer à devenir un pays émergent, riche et prospère, si nous continuons à cultiver ces deux tares du sous-développement : le gaspillage et l’indiscipline.
Le gaspillage est peut-être pire que la corruption, parce qu’il ne profite à personne, et nous en donnons l’illustration en faisant ripaille pendant quelques jours tandis que la disette règne le reste de l’année, en distribuant dans les « xawaaré » des sommes qui auraient permis à d’autres de vivre dans la dignité.  L’enquête de DakarFlash montre que les Nations-Unies estiment aujourd’hui que plus de 900 000 sénégalais sont menacés de famine dans cinq régions, et pourtant, le lendemain de nos fêtes religieuses et familiales, on jette à la poubelle des reliefs de plantureux festins.
 
Quant à l’indiscipline, le jour où nous aurons appris à faire la queue devant les guichets, à céder la voie à ceux qui auront priorité sur nous, à libérer les trottoirs au seul profit des piétons, nous aurons fait un grand pas vers le développement. N’oublions pas enfin que c’est de notre indiscipline notoire qui a été à l’origine de ce qui est désormais considéré comme la plus grande catastrophe maritime en temps de paix : le naufrage du JOOLA.
 
Pourquoi avons-nous autant de mépris pour le silence et le recueillement et accompagnons-nous toutes nos activités et cérémonies de bruits et de clameurs, les plus gaies comme les plus tristes, les profanes comme les religieuses ?
 
Quel droit peuvent opposer le voisin, le malade, le vieillard, le nourrisson, soucieux de quiétude, aux décibels qui se déversent de tous les lieux pour célébrer les mariages, les baptêmes, les décès, les invocations religieuses à la frénésie populaire, avec souvent le même ton et la même outrance ? Sommes-nous obliger de barrer la route pour manifester notre contentement et en remercier le Seigneur ? Serions-nous obligés d’entraver la libre circulation des personnes et de leurs biens sous le seul prétexte que nous devons rendre grâce au Prophète (PSL) ?
 
Les « Driankés à la sénégalaise ou Grande dame» à la saucette viennent ajouter une coupe d’eau à la soupe. DakarFlash a noté que nous avons entretenu une tendance fâcheuse avec la chose folklorique. Nos grandes dames dans les cérémonies coutumières comme religieuses claquent des dents et s’engouffrent à chaque fois que les griots flattent leur égo. Ce n’est guère le bruit orchestré de chaises qui dérange en soi, mais le folklore qui cerne ce qui symboliquement au Sénégal, matérialise le départ d’un tel (le défunt) ou l’arrivée d’un autre (le bébé). Les cérémonies de passation de service même sont devenues sous nos tropiques des shows et bamboulas où griots et militants politiques se côtoient en se gênant d’une façon qui n’honore pas du tout l’administration. 
 

 
Ne parlons pas des parents émotionnels lointains et des amis curieux et douteux à la fois. Que ceux qui sont débarqués aillent ailleurs réconforter leurs militants et que les nouveaux nommés fassent savoir aux leurs qu’un portefeuille de Maire, Gouverneur ou Préfet n’est pas une acquisition mais plutôt une fonction de service au peuple qui devrait être accompagnée de prières et non d’un « festival international de sonorité ». 
 
On assiste à un défilé de mode de pagnes tissés et de basins « riches » dans les cérémonies de funérailles ou de baptêmes. Les femmes modestement voilées pour ne pas dire à moitié « tête nue » se succèdent en voiture de luxe à votre chevet pour les « siggil ndigalé » d’usage. Elles croisent presque sur le pas de votre porte d'autres femmes hyper-maquillées à volontiers venues pour les « ndokkalé », les « warougar » et les « térangas » nocturnes du fastueux « ngenté ». 
 
OH MY GOD quel peuple !!! 
 
La romancière sénégalaise reconnue Mariama Ba ne l’a pas esquissé dans son roman Une si longue lettre « Chaque groupe exhibe sa participation aux frais. Jadis, cette aide se donnait en nature : mil, bétail, riz, farine, huile, sucre, lait. »
 
Mais dommage qu’aujourd’hui, elle s’exprime ostensiblement en billets de banque et personne ne veut donner moins que l’autre. Troublante extériorisation du sentiment intérieur que l’on ne peut pas évaluer en Francs ! Et nous pensons encore : combien de morts auraient pu survivre si, avant d’organiser leurs funérailles en festin, le parent ou l’ami avait acheté l’ordonnance salvatrice ou payé l’hospitalisation. A-t-on besoin très sincèrement d’inscrire les noms de tous ceux qui ont contribué financièrement le jour des funérailles ? Nous avons un rapport biaisé avec l’argent. Que ce soit celui du peuple ou de nos proches. Et tant que nous ne changeons pas ce rapport avec l’argent, nous continuons à nous noyer davantage.
 
Ainsi, le fondement de nos sociétés africaines pouvait être résumé en une seule phrase : don contre don. La communauté était toujours sensible à ce qui se passait chez l’autre. Mais quand on en arrive à un niveau tel qu’on exige de recevoir ce que l’on a donné ou même plus, c’est catastrophique ! Ces notations de sommes alors deviennent non seulement une reconnaissance lorsque les évènements passeront, mais un moyen de contrôle aberrant.
 

 
Abordons les fêtes. Qu’on en parle et qu’on en finisse !
 
Pourquoi sommes-nous le seul pays sur la planète à fêter à la fois et à considérer comme jours fériés toutes les dates remarquables des calendriers musulman et chrétien, ce qui, ajouté aux fêtes républicaines et autres innovations conjoncturelles, fait de notre pays l’un de ceux où l’on travaille le plus au monde ? 
 
N’est-il pas paradoxal que les Sénégalais chôment le jour de l’Ascension, qui n’est ni férié en Italie ni en Espagne, pays catholiques s’il en est, où l’Assomption qui est un jour de travail dans tous les pays scandinaves ? Tout comme la justice, la vérité aussi s’impose à tous et c’est faire mauvais usage de notre « agit-prop » que de se soustraire à ce nécessaire équilibre qui permettait de donner à chacun la part qui lui revient, toute la part, rien que la part. 
 
Nous comprenons fortement pourquoi de tels énergumènes se manifestent sans pourtant qu’on se pose la vraie question. Nous ne pouvons rien nous reprocher. Nous avons fortement hérité d’un système occidental qui n’est pas adapté ni à nos valeurs, ni à nos idéologies. Nous ne fêtons pas plus que la France, tenons le pour dit ! En 2015, la France compte 11 jours de fériés (fêtes religieuses et civiles) légalement définis par le Code du travail. Sans pour autant compter alors les fêtes d’hiver, de jeunesse, de pâques et de noël pour les étudiants.
 
Alors où se trouve le lapsus révélateur ? C’est que nous ne travaillons pas assez. Nous nous amusons toute l’année et réclamons de grandes fêtes durant les vacances sous prétexte qu’on a besoin de repos. Comparé à la France à qui ses citoyens travaillent beaucoup avant de songer à prendre des congés. Alors, notre retard est dû aux fêtes. En revanche, avec plus de rigueur dans le travail, cela demeurera une cohésion sociale et à la limite ces fêtes contribueront plus à la fructification des revenus et des chiffres d’affaires au lieu de les rabaisser.
 

 
Les fêtes peuvent contribuer à l’économie nationale mais dommage aussi que nous avons un système de management français qui a, à bien des égards, écarté complétement la religion de la sphère administrative et étatique. Dans certaines entreprises même, on interdirait aux membres de prier ou de porter des habits traditionnels sous prétexte qu’il y a un « dress-code » à respecter. 
 
Nous gagnerions mieux à imposer notre posture démocratique basée sur nos valeurs idéologiques et culturelles afin de bâtir une République forte et forteresse. 
 
J’ai à peine un égo palpable en remerciant le Seigneur lorsque pour tout type d’évènement, les Sénégalais toute obédience confondue, le célèbre religieusement. Il y a finalement plusieurs religions avec une forte dose de communion qui fait office d’un bon entendement spirituel. On aime se chamailler et se médire les uns des autres, mais j’attire l’attention de tout le monde sur le fait que nous avons des acquis que la sous-région africaine aimerait bien avoir, alors conservons-les pour la seule facette de Dieu.

La rédaction de Dakarflash

Dakarflash2




1.Posté par eva chon le 05/02/2016 09:13
Envie d’etre chouchouter
Succombez à nos mains douces et expertes !
Nous sommes de jolies et sexy masseuses belles âgées de 21 à 26 ans, pour un moment de plaisir absolu durant lequel nous n’accorderons d’attention qu’à mettre tous vos sens en effervescence, avec nos massages lomi_lomi,doux,relaxant,californian,sportif et aux sensations exquises et intenses dans un cadre chic et raffiné.
Et pour amplifier cette parenthèse de sensualité, de detente et bienetre.
Contactez-nous au 77 181 19 99 / 70 590 49 46 ou 76 739 37 29
Avec ou sans rendez-vous

2.Posté par splendidemassage le 09/02/2016 13:59
PATRISIA LA reine DE Saba!!!!
vous propose des séances de massage avec
des trés belles masseuse professionnelles dans
un cadre calme propre et discrét
la Solution et a vos des massage: de reve!!!
venez découvrire ne vous faite pas racontes faite
Tel:338326330/783062165
782550186/777946053/783724307:
Splendide-massage

Nouveau commentaire :