Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Révélations bouleversantes au procès Habré : «plus de 700 prisonniers dans une cellule de 4m de long et 6m de large»


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 30 Septembre 2015 || 22 Partages

DakarFlashNEWS - Les victimes de l’ex Président tchadien se poursuivent devant la Cour des Chambres africaines extraordinaires (Cae). Le premier à passer ce mercredi à la barre, Malabi Toudjibedjé, un ancien chef de poste. Une fonction qui lui a permis de savoir beaucoup sur les mouvements et agissements de l’ex président tchadien. Qui dit-il, se rendait souvent à la Direction de la documentation et de la sécurité en compagnie du Directeur des lieux, Salleh Younouss.

Selon ses témoignages émouvants, l’ancien prisonnier du régime Habré révélés au parquet général, «le taux de mortalité était bien élevé au sein de la DDS surtout en période de forte chaleur. Plus d’une fois, a-t-il expliqué, il a vu comment on enterrait les cadavres transportés à bord d’un véhicule 4×4».
 
Conscient des difficultés de conditions de détentions auxquelles les prisonniers étaient exposés, Malabi a voulu jouer au secouriste à son risque et péril. Hélas ! Le 9 janvier 1985, le directeur de la DDS est tombé nez-à-nez sur lui en train de servir à manger à des personnes qui, souligne t-il, mourrait de faim. Sur le champ, Salleh Younouss a procédé à son arrestation, et pendant 1 an  et 7 mois, il a été emprisonné.
 
Sur une surface réduite «plus de 700 prisonniers entassés»
 
Le témoin a également soutenu avoir travaillé au fil du temps dans les différentes prisons de Ndjamena comme régisseur adjoint. Entre autres postes, il a été à la DDS et à la prison dite les «Locaux» où il y avait 4 cellules (A, B, C, D) et une 5e (E) réservée aux femmes.
 
«La cellule C était réservée aux prisonniers de guerre. Dans cette cellule de 4m de long et 6m de large, il pouvait y avoir jusqu’à 700 prisonniers», a-t-il confié à Me Mounir Balal. Qui lui dira alors : «Pensez-vous que dans une surface de 25m², l’on puisse mettre 600 à 700 personnes, mêmes squelettiques ?». Mais la réponse est sèche. «Oui !», a répondu le témoin.
 
Pour ce rescapé, tout ce qu’il a eu à faire dans les centres de détention, était des ordres qu’il a reçus de Salleh Younouss qui d’exécuter des prisonniers ou de les torturer. C’est ainsi qu’il a expliqué qu’en tant que chef de poste, il a assisté à plusieurs scènes de tortures.  Et même si Hissein Habré ne visitait pas les prisons, note le témoin, il était au courant de tout ce qui se passait, a conclu Malabi Toudjibedjé.

DakarFlash3



Nouveau commentaire :