Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



«Sur l’affaire Nafi Ngom Kéita, la Cour suprême rendra le droit» (ministre de la justice)


Rédigé par DakarFlash.com, le Mardi 9 Août 2016 || 27 Partages

«Sur l’affaire Nafi Ngom Kéita, la Cour suprême rendra le droit» (ministre de la justice)
Présentant le rapport d’activités du ministère de la Justice, Sidiki Kaba, garde des Sceaux, s’est, hier, face à la presse, prononcé sur les brûlantes questions qui font l’actualité. De l’affaire Karim Wade et ses coaccusés (Cf ailleurs) à l’affaire Nafi Ngom Keïta, en passant par la libération des jeunes de Colobane.

 

«Sur la libération des jeunes de Colobane, Cheikh Sidaty Mané et Cheikh Diop ont été arrêtés et jugés coupables, dans un premier temps. Le juge qui a hérité de l’affaire en première instance, a estimé les faits et condamné les accusés. En recours, le juge d’Appel a estimé que la libération peut intervenir. C’est une décision de justice, elle doit être respectée. Je suis là pour veiller à ce qu’elle le soit. Concernant leurs indemnisations, c’est une autre étape. Ils ont le droit de saisir les tribunaux. Nous sommes favorables à toute procédure permettant de rétablir la justice. Mais pour cela, ils devront d’abord en formuler la demande.»

«En ce qui concerne l’affaire Nafi Ngom Kéita, j’ai entièrement confiance aux juges. La Cour suprême rendra le droit, en toute transparence et dans toute sa toute sa rigueur. Tout citoyen qui se sent lésé par rapport à une situation, peut saisir la loi. Mais il appartient aux juges, magistrats rompus à la tâche, de rendre la décision de justice qui sied. La précision que je tiens à faire sur cette affaire, c’est que le budget que gère le président de la Cour suprême ne dépasse pas 800 millions FCfa. Donc, il ne peut être soumis à l’obligation de déclaration de patrimoine qui concerne seulement ceux qui ont un budget d’un milliard ou plus à gérer.»

 


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 14:53 Tout ce que vous devez savoir sur l’Ipres