Menu
DakarFlash
DakarFlash.com


Terrorisme en France: Bernard Cazeneuve accuse des candidats de surenchère


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 21 Avril 2017 || 18 partages || 0 commentaires

A deux jours du premier tour de la présidentielle, la campagne est bouleversée par l'attaque sur les Champs-Elysées. Trois des onze candidats ont bousculé leurs agendas et annulé des déplacements. Ce 21 avril au matin, au lendemain d'une émission politique, elle aussi chamboulée, ils ont rivalisé de déclarations martiales pour lutter contre le terrorisme, lors de conférences de presse.
 
Dans les dernières heures de la campagne, chacun, même au risque d'être accusé de récupération, veut apparaître comme le plus protecteur aux yeux des Français. 

La première, à 10h, a été la patronne du Front national (FN). Un discours musclé pour Marine Le Pen qui, sur RFI ce matin disait « redouter un nouvel attentat » avant le vote de dimanche. La candidate FN demande désormais au gouvernement « d'ordonner la restauration des frontières et l'expulsion immédiate des fichés S étrangers ». 

Même ton martial de la part de François Fillon, une heure plus tard. Il entend « combattre d'une main de fer » le « terrorisme islamiste » et annonce que, lui président, il maintiendra entre autres l'état d'urgence et le contrôle aux frontières. 

Enfin, Emmanuel Macron a affirmé dès le soir de l'attaque que la lutte contre le terrorisme devait être « la priorité » du futur chef de l'Etat. « Je serai implacable dans le combat pour votre sécurité », a-t-il ainsi déclaré dans une posture de chef de guerre. Il a aussi pointé du doigt la faute commise par le gouvernement il y a dix ans, quand François Fillon était Premier ministre, en affaiblissant le renseignement territorial. Il a aussi expliqué bien sûr que lui, le rétablirait et créerait 10 000 postes dans les forces de l’ordre et une « task force » dédiée à la lutte contre le terrorisme. 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :