Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Thiès – contre le plan de retrait des enfants de la rue : les maîtres coraniques initient des séances de lecture du Coran pour refroidir l’ardeur du chef de l’Etat


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 11 Juillet 2016 || 385 Partages

Thiès – contre le plan de retrait des enfants de la rue : les maîtres coraniques initient des séances de lecture du Coran pour refroidir l’ardeur du chef de l’Etat
 

La mesure de retrait des enfants de la rue n’agrée pas certains maîtres coraniques de la région de Thiès. Se dressant contre cette volonté du chef de l’État Macky Sall, ces maîtres coraniques, convaincus que la mendicité est un mal nécessaire, ont initié des séances de lecture du Coran pour refroidir l’ardeur du président de la République.

La mesure de retrait des enfants de la rue n’est pas sans conséquences dans la capitale du rail. Les jeunes mendiants qui squattaient les trottoirs de la commune de Thiès ont fini par déserter les rues. Ce, au grand dam des maîtres coraniques regroupés autour de la fédération régionale des maîtres coraniques de Thiès, opposés à cette mesure. Décidés à ne pas rester les bras croisés, ils ont entrepris de faire face, à leur manière. C’est dans cet ordre qu’ils ont organisé samedi dernier, des séances de prières et de lecture du Saint Coran à la mosquée de Moussanté.

Le but de la «manœuvre» de ces maîtres coraniques est d’aplanir ce différend qui selon eux, les oppose au chef de l’Etat Macky Sall, qui a pris la ferme résolution d’éradiquer la mendicité. Depuis le début de cette opération de retrait des enfants de la rue à Thiès, une centaine de gamins ont été appréhendés par les forces de police qui ont en sus, servi des convocations aux maîtres coraniques. Ces derniers seront sensibilisés, conformément aux directives du chef de l’Etat, pour la prise en charge de ces enfants et leur conduite dans des centres d’accueil. Seulement, Thiès ne disposant pas de centres d’accueil, les forces de l’ordre ont libéré les enfants interpellés. Articulant leur désaccord avec cette mesure de retrait des enfants de la rue, ces maîtres coraniques regroupés autour de la fédération régionale des maîtres coraniques ont déploré le manque de concertation préalable. Ils ont exprimé leur pessimisme sur la volonté de relancer le programme de modernisation des daaras. «Le gouvernement n’a jamais assisté les maîtres coraniques et ce n’est pas aujourd’hui qu’il le fera», peste Moukhtar Babou Cissé, président régional de la fédération des maîtres coraniques. Pour M. B. Cissé et ses camarades, «la mendicité est un mal nécessaire et le gouvernement nous porte un grand préjudice en embarquant des talibés à bord de véhicules de police.»

Par ailleurs, Moukhtar Babou Cissé et Cie ont tenu à marquer leur solidarité à leur collègue Serigne Mouhamadou Lamine Fall, président de l’association des maîtres coraniques de Kaolack, appréhendé pour s’être insurgé contre la mesure.

OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE

 

Talla Sylla et Aliou Sow désapprouvent «la démarche cavalière» de la police

Lors de la présentation samedi dernier, du rapport du projet de délibération des fonds de concours et de dotation de la gestion de 2016, le maire de la commune de Thiès, Talla Sylla et celui de Thiès-Ouest, Aliou Sow, ont ouvertement désapprouvé «la démarche cavalière» des forces de l’ordre pour le retrait des enfants de la rue. «J’ai été à la police pour voir ces enfants, qui ont entre 7 et 10 ans. J’ai été choqué de voir ces enfants qui ne sont pas des voleurs, être parqués devant les cellules, comme des brigands», a déploré le maire Aliou Sow. Il a en sus suggéré que les millions distribués par les maires pour les secours aux indigents soient orientés vers le projet de construction d’un centre d’accueil. A sa suite, Talla Sylla, maire de la ville de Thiès, a réitéré son projet de construction d’une maison des talibés. «J’ai été le premier à interpeller le chef de l’Etat sur la question des enfants de la rue. Ces enfants sont exclus des maisons, des écoles, du système de santé. Au moment où les enfants de leur âge jouent avec des I-pad, eux sont interdits d’épanouissement. Il faudrait un accompagnement psychologique, sociologique à ces enfants, qui peuvent être traumatisés par cette manière brutale de procéder. Il faut des stratégies durables pour gérer ces enfants et non se limiter à des coups médiatiques», dira Talla Sylla.

igfm avec l'obs


DakarFlash3




1.Posté par mousseul le 12/07/2016 02:16
Merci à Macky SALL de ne pas céder aux pressions de toutes parts. La loi de la République doit s'appliquer à tous. Les enfants de la rue, c'est la honte du pays. Cette situation dramatique ne peut continuer. Pas de faiblesse et pas de passe-droits.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 12:45 Incendie criminel au nouveau lycée de Louga