Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Touba prêt à faire face à la menace terroriste


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 6 Novembre 2017 || 37 partages || 0 commentaires

 

La sécurité des pèlerins qui convergeront à Touba pour les besoins de la 124e édition du Magal de Touba, est prise très au sérieux par la hiérarchie de la police. Audelà de la mission régalienne de sécurisation des personnes et des biens, un dispositif spécial a été mis en place pour notamment, faire face à la menace terroriste.

La sécurité des pèlerins et de leurs biens, semble préoccuper au premier chef, le commandement des forces de l’ordre qui a mis les gros moyens pour réussir un Magal sans anicroche. Audelà de la sécurité publique, la hiérarchie de la police a pris des mesures conservatoires pour faire face à tous les défis de l’heure. C’est le cas de la menace terroriste présente à nos portes. Sur ce point précis, la hiérarchie de la police qui entend parer à toutes éventualités, a assurément pris les devants. Les assurances sont du commissaire Hamady Lam, patron du Groupement mobile d’intervention (Gmi), selon qui, «des dispositions particulières ont été prises pour faire face à la menace terroriste, que nous ne pouvons ignorer. Sans entrer dans certaines considérations, il faut juste retenir que ce sont des mesures de veille, de dissuasion, de surveillance…, par des unités spécialisées en tenue ou en civil, pour permettre aux pèlerins qui seront des millions à rallier Touba, de connaître un magal paisible dans la ferveur. A noter également que ce dispositif particulier est renforcé par un appui en nombre d’éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi), outillés avec des moyens opérationnels adéquats que l’autorité a bien voulu mettre à notre disposition, pour faire face à cette menace.»

Parallèlement à ce dispositif contre la menace terroriste, la haute hiérarchie de la police s’est également penchée sur la question de la sécurité publique. Le commandement s’y est visiblement mis plusieurs jours avant le Magal. «Nous avons déployé à Touba, une première vague d’éléments du Gmi forte de 300 hommes arrivés mercredi dernier, pour assurer la visite du président de la République qui a quitté Touba vendredi. Depuis, ce dispositif resté sur place, a été renforcé. Assurément, le nombre d’élément du Gmi qui se chiffre déjà à plus de 1 500 réquisitionnés à Touba, dépassera celui de l’année dernière». Ce n’est pas tout, révèle le général Lam, «dès demain (Ndlr : aujourd’hui), le dispositif global de sécurité connaîtra une hausse considérable». Ce que confirme le commissaire Tabara Ndiaye, patronne du Bureau des relations publiques (Brp) de la police,selon qui, «des renforts considérables quitteront Dakar ce matin, pour rallier Touba. Il s’agit d’éléments de la sécurité publique, leurs collègues de la circulation, de l’Office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (Octris), des limiers de la police judiciaire, ainsi que de toutes les autres directions».Dans ce sillage, le général Lam de révéler que «Touba a été divisée en plusieurs secteurs, chacun commandé par un commissaire ou par un officier doté d’un personnel en nombre. Dès cette nuit (hier), à partir de minuit, nous allons occuper le terrain et envoyer un signal fort aux malfaiteurs de tous acabits. Avec le concours de nos frères d’arme de la gendarmerie, nous allons accentuer la mutualisation des forces qui est une réalité ayant fait ses preuves. Ils sont dotés d’aéronefs de surveillance aérienne, qui nous sontd’un grand apport. A partir du ciel, ils peuvent donner une situation claire du terrain, de la circulation routière et autres domaines, en cours dans notre secteur de compétence. Nous allons divulguer le plan de circulation de Touba, pour application à partir de minuit. La Direction nationale de la police a en sus, mis à la disposition de notre poste de santé, deux ambulances comptabilisées dans le plateau médical du Magal.»

Sur la lancinante question des bouchons et de l’insécurité routière causée par les calèches, le commissaire Jean Mané, commandant du groupe opérationnel de Thiès, s’est voulu catégorique. «Effectivement, il y a un nombre très important de calèches obstruant la circulation, notamment sur des artères très empruntées. Mesure a été prise de les orienter vers les ruelles sablonneuses qui arrangent les chevaux. Pour les motos jakarta, ils sont déjà interdits de rouler à Touba. A ce niveau, nous pensons qu’il n’y aura pas de problème.»

L’OBS


DakarFlash3



Nouveau commentaire :