Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Trafic de drogue : 10 ans de travaux forcés pour le convoyeur bissau-guinéen


Rédigé par DakarFlash.com, le Lundi 7 Décembre 2015 || 17 Partages

Trafic de drogue : 10 ans de travaux forcés pour le convoyeur bissau-guinéen

Les faits qui ont valu au Bissau-guinéen, Sadio Baldé, de comparaître le 4 décembre dernier, devant la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Kolda,  remontent au 16 mars 2015. A l’époque, les pandores de la brigade régionale des stupéfiants qui l’avaient dans leur viseur, le localisent dans la commune de Carrefour, une localité du département de Bounkiling (région de Sédhiou). Le bonhomme a eu la malchance d’être monté à bord d’un véhicule de transport interurbain, immobilisé par les gendarmes, lors d’un contrôle de routine.

Au cours de cette procédure, l’attention des hommes en bleu a été attirée par le comportement suspect du passager Sadio Baldé. Les pandores qui ont cherché à être édifiés sur lui, ont mis la main sur un récipient lui appartenant, au contenu douteux. Sadio Baldé est prié de descendre du véhicule. Interpelé, il déclare être en partance pour la ville de Bafata (Guinée-Bissau). Après avoir reconnu la paternité dudit récipient, il précise qu’il ne contenait que des effets vestimentaires. Non convaincus par ses déclarations, les gendarmes ont décidé d’y voir plus clair. Là, coup de théâtre ! Les pandores découvrent un stock de chanvre indien qui afficha, à la pesée, un poids de 14 Kg. Démasqué, Sadio Baldé tente de se tirer d’affaire, prétextant que la drogue en question lui a été remise en Gambie, aux fins de convoi, par un compatriote du nom d’Ibrahima Diallo, moyennant la modique somme de 2 000 FCfa. Une fois la drogue acheminée à bon port, il précise que Diallo s’était engagé à lui faire parvenir la somme de 50 000 FCfa, en guise de commission.

Vendredi dernier, devant la barre de la Chambre criminelle, l’accusé a cherché à faire croire aux juges qu’il ignorait le contenu du récipient qu’il convoyait. A l’en croire, il n’a fait que rendre service à un ami. Des allégations qui n’ont pas prospéré devant le Parquet général qui, convaincu de sa culpabilité, a requis 15 ans de travaux forcés. Pour Me Sidy Sylla de la défense, il est constant que son client a fauté, mais qu’à sa décharge, il ignorait le contenu du récipient. A défaut d’un acquittement, l’avocat a plaidé pour une application bienveillante de la loi. Sadio Baldé a ainsi été condamné à 10 ans de travaux forcés, assortis de 2 millions de FCfa de dommages et intérêts.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 12:45 Incendie criminel au nouveau lycée de Louga