Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Trois ans après le drame des talibés à la Médina, que sont devenues les promesses de l’Etat ?


Le 4 mars 2013, 9 talibés succombaient dans un incendie à la Médina. Dépassé par le drame, l’Etat promettait dans la foulée une kyrielle de mesures pour amélioration la situation des talibés. Trois ans après, l’attente demeure.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 3 Mars 2016 || 193 Partages

Après la survenue du drame de la Médina au cours duquel  9 bouts de bois de Dieu périssaient, le Chef de l’Etat Macky Sall s’engageait à prendre des mesures pour interdire la mendicité qui était maintes fois décriée car qualifiée de moyen d’exploitation des enfants. A travers cette annonce, il voulait aussi marquer les esprits pour rassurer et permettre en même temps que cette tragédie soit un déclic pour la réussite de la lutte pour la protection des enfants. Mais au fil du temps, l’Etat fini par reculer laissant honteusement ces innocents à leur sort. En effet, une loi sur l’amélioration des conditions des talibés, a déjà été instituée. Mais elle n’est toujours pas entrée en vigueur et demeure dans les tiroirs du ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfance. Et pour cause…une forte pression contre l’Etat. L’Etat qui avait annoncé l’interdiction de la mendicité peine à convaincre de cette nécessité. Relevons que dans nos sociétés, la mendicité a réussi à occuper une place considérable au point que son interdiction a soulevé l’ire de bon nombres de dignitaires coutumières et religieuses. Pour ces derniers, ce phénomène découle de la nécessité pour les enfants musulmans de faire l’apprentissage du saint coran. Dès lors, pour pouvoir interdire la mendicité, et améliorer la condition des enfants talibés, l’Etat devait prendre des mesures allant dans le sens de la modernisation des ces derniers. Conscient de cette situation, les autorités avaient d’ailleurs prévu depuis 2009 la modernisation des dahras à travers un projet de construction de 64 daaras modernes appelé Pamod (Projet d’appui à la modernisation des daaras) et financé par la Banque islamique de développement (BID). Mais depuis, la réalisation de ce projet parait timide. Interrogé sur cette question l’année dernière, Mamadou Basse,  chef de la division communication et partenariat à l’inspection des daaras assurait que les choses allaient plus vite.  Il rapportait que les terrains étaient déjà identifiés à travers les 7 régions ciblées (Kaolack, Kaffrine, Kolda, Fatick, Diourbel, Louga et Matam) et que les constructions des locaux devraient avoir  lieu en 2014. Sauf qu’on n’a pas dépassé le cap des promesses. Dans le cadre de ses projets pilotes,  32 établissements devaient fonctionner comme les écoles publiques d’enseignement français : l’Etat devait prendre en charge à la fois l’équipement et les salaires des enseignants. L’enseignement serait ainsi gratuit pour les pensionnaires. Quant aux 32 autres, elles doivent être des daaras communautaires. L’Etat devrait alors se charger de la construction et de l’équipement, le reste devrait être financé par les populations bénéficiaires. Prévus pour 4 ans (2014/2017) ce projet pilote,  qui devait permettre de corriger les failles, n’a toujours pas montré des résultats convaincants. Du coup, la situation des enfants dans la rue demeure toujours plus inquiétante.

Buzz.sn

Dakarflash2




1.Posté par mousseul le 03/03/2016 18:37
Apprendre le Coran, c'est bien. Mais apprendre l'Arabe littéraire c'est mieux pour la compréhensi on du Livre Saint. Donc, inutile de tyranniser les enfants. Un enfant a besoin d'affection et d'amour pour vivre pleinement son enfance. C'est pourquoi nos dirigeants doivent impérativement mettre fin aux supplices de ces enfants qui sont une richesse inestimable de notre SUNUGAL. Nous les adultes du monde, sommes complices de la maltraitance des enfants, où qu'ils soient.

2.Posté par goor sa wakh ja le 03/03/2016 18:08
Motakh lolenssi guiss tank khaleyi gningui souffrir Senegal fein ladoul deim....CE pauvre pays de merde kon laisse des enfants souffrir.CE pays de nafekh.de seytane.de nguissteul.de ndialo.de politiciens de merde.de gorjigueen.de lesbienne ..CE pays qui cache de nobles hommes religisieuses respect a vous.si CE n etait pas vous Senegal va vers la debauche totale.........ou CES politiciens wakh wakhet de doulkat de merde nous fatigue........

Nouveau commentaire :