Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Trump et Carson, deux candidats sans expérience aux projets irréalistes


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 29 Octobre 2015 || 4 Partages

Trump et Carson, deux candidats sans expérience aux projets irréalistes

Les deux meneurs de la course aux primaires républicaines pour la Maison Blanche, le milliardaire Donald Trump et le docteur Ben Carson, ont dû défendre mercredi lors d'un débat leurs projets économiques, jugés irréalistes et approximatifs par certains de leurs rivaux.

La joute télévisée a mis en évidence le paradoxe des primaires républicaines 2016: les candidats ayant exercé des responsabilités politiques, souvent avec succès, sont relégués loin derrière deux hommes sans expérience politique, mais qui captivent la base conservatrice pour leur discours anti-establishment. Un tumulte également visible au Congrès, où les républicains viennent de changer de chef.

À eux deux, Donald Trump et Ben Carson, seul candidat noir, remportent environ la moitié des intentions de vote des républicains, à trois mois du début des primaires en février 2016.

Mais les élus et ex-élus ont sorti les gants de boxe mercredi soir, à l'occasion du troisième débat de la saison, organisé par la chaîne financière CNBC à l'Université du Colorado à Boulder.

Le magnat de l'immobilier Donald Trump, qui a fait de son expérience en affaires son premier argument de campagne, a d'emblée été attaqué pour ses propositions jugées extravagantes d'une énorme baisse d'impôts et de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique.

Ben Carson, un brillant neurochirurgien à la retraite, s'est lui aussi retrouvé en difficulté pour justifier le réalisme de sa proposition d'un taux d'impôt unique à 10%, sur le modèle d'une dîme. 

Sans expérience politique, il a confessé en début de débat que sa plus grande faiblesse était "de ne pas vraiment se voir dans cette position jusqu'à ce que des centaines de milliers de personnes commencent à me demander de me lancer". Et il a buté sur plusieurs sujets, répondant par de longues explications emmêlées ou recourant à des expressions comme "un tas de conneries" sur une question fiscale.

Donald Trump a aussi dû défendre les faillites de certains de ses projets immobiliers dans les années 1990 et 2000. Il a répondu par une pirouette: "Je suis vraiment très bon pour résoudre les problèmes de dette".

Le contraste est frappant avec l'unité au sein du parti démocrate, qui a déjà une favorite claire en la personne d'Hillary Clinton, celle-ci n'ayant que des désaccords à la marge avec son principal rival Bernie Sanders, plus marqué à gauche.

7sur7


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 18:06 Un avion s'écrase au Pakistan, aucun survivant