Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Un Guinéen publie une formule mathématique qui met fin à une vieille recherche de plus de 2 000 ans


Ce mercredi 6 avril, guinee7.com est parti à la rencontre d’un Guinéen qui vient de réussir là où les plus brillants esprits scientifiques ont échoué. Nous vous livrons le contenu de l’entretien et le contenu de l’article scientifique en français et en anglais.

Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 21 Avril 2016 || 971 Partages

Guinee7.com : Pourquoi une vieille recherche de plus de 2 000 ans,  comment vous y êtes arrivés ?

M. Guillaume Hawing: Merci pour cet entretien. Une vieille recherche, parce que la problématique date depuis Euclide, 200 ans avant le Christ. J’ai réussi, parce que j’ai observé encore et encore et j’ai refusé d’être contaminé par la façon de voir des autres. 

Pourquoi avez-vous finalement décidé de publier votre formule, pourtant vous sollicitiez un super ordinateur pour générez les nombres premiers?

 La répartition des Nombres Premiers est une vieille recherche de plus de 2 000 ans. Réussir un schéma simple qui organise la répartition des nombres premiers fait partie du rêve de tous les mathématiciens professionnels. Les nombres premiers sont l’hydrogène et l’oxygène du monde des nombres. Ce sont les atomes, les briques des mathématiques.  Au sujet de ces nombres, Gauss, Prince des maths, disait ‘‘Il n’existe aucun moyen de prédire la distribution des nombres premiers’’. Paul Erdos, quant à lui, disait ‘‘Il faut attendre encore un million d’années avant de comprendre les NP’’.

A cause des nombres premiers (N.P), Hardy, le scientifique qui a réveillé l’Angleterre de son sommeil mathématique, a vu DIEU comme son plus grand ennemi. Avec le mystère de la répartition des N.P,  l’indien Ramanujan, le plus brillant esprit scientifique du 19ème siècle a failli se suicider en se jetant sous un train. Oui, les N.P ont toujours fasciné mais refusé de dévoiler leur secret.

Aujourd’hui, nombreux sont les mathématiciens professionnels qui travaillent sans relâche sur ces nombres énigmatiques et mystérieux. Depuis septembre 2012 j’ai juré que je serai celui qui réussira à établir un schéma qui organisera la répartition des N.P.

En 2014 j’ai fait une première publication (test le primalité). En fin février 2016, j’ai compris que pour réussir à répartir les NP qu’on peut aussi appelés, excepté 2, nombres impairs non composés, il faut nécessairement réussir à repartir les nombres impairs composés. Pour réussir aussi à repartir les nombres impairs composés, il faut comprendre la loi mathématique pour les nombres impairs composés terminés par 1, terminés par 3, terminés par 7 et terminés par 9.

En somme, on part de 1, 3, 7 et 9 pour organiser les nombres impairs composés et on part des nombres impairs composés pour organiser les N.P. Les nombres premiers ne sont donc pas gouvernés par la loi du hasard, ils sont une organisation dans une organisation. ‘‘Allah ne joue pas aux dés’’, disait Einstein. Tout ce qui a été créé, obéit à une loi, à un ordre. Il suffit juste d’observer pour comprendre.

Pour revenir à votre question, pourquoi j’ai publié mon article ? En effet, tout est parti du jour où j’ai lu un article sur deux californiens de l’université Oxford, qui ont fait des approches probabilistes sur les chiffres 1, 3, 7 et 9 pour trouver les N.P.  Et comme ma méthode part des mêmes chiffres, je me suis dis que je m’en voudrais et me culpabiliserais durant toute ma vie si jamais un autre publiait avant moi. Ceux qui me connaissent et savent que j’ai l’algorithme ne me pardonneront jamais aussi. Les californiens ont juste  vu 1, 3, 7 et 9 et le monde des mathématiques est en efférente.  Qu’en serait-il lorsqu’ils soupçonneront qu’il faut passer de 1, 3, 7 et 9 aux nombres impairs composés et des nombres impairs composés pour les nombres premiers ?

Pour éviter alors les risques, j’ai décidé automatiquement de soumettre mon article aux revues scientifiques et mieux de le publier partout, car, il sera très difficile pour les avertis qui connaissent la problématique liée à la répartition des nombres premiers, de croire qu’un pays très loin de la recherche scientifique, dont les universités du continent ne se retrouvent nulle part dans le classement des universités, puisse réussir un tel exploit.

On dit d’ailleurs que l’algorithme simple qui réussira à repartir les N.P sera aussi révolutionnaire que la relativité d’Albert Einstein. Par ailleurs, nombreux sont les africains qui ont réussi de grandes découvertes mais qui n’ont jamais été reconnues et qui ont été mises à l’actif d’autres.  Avec cette interconnexion  planétaire, il faut être le dernier des avertis pour ne  pas savoir que lorsqu’on a décidé de publier sa trouvaille, de la proposer aux revues, il faut la faire partager avec tout le monde à travers toutes les voies de communication possible.

Dans ces conditions, celui qui tentera quoi que ce soit, sera démasqué.  Grigori Pelerman a fait la même chose en postant son article de 39 pages, sur la conjecture de Pointcarré sur le site arXiv. Il ne l’a jamais posté dans une revue. J’estime donc que mon article sur les sites, est une autre forme de garantie. Je connais l’histoire de Facebook entre Marc et les deux jumeaux qui se réclamaient être les premiers concepteurs de la technologie  Facebook et que Marc a fait du plagiat. Je connais plusieurs autres exemples de plagiats scientifiques. Il sera donc difficile que je tombe dans les mêmes erreurs.  

Pourquoi ne cherchez vous pas à breveter votre trouvaille ?

Ma trouvaille est une idée et non une technologie industrielle. Le brevetage, ce sont les industries et non les idées. La garantie d’une idée est dans sa publication. 

Qu’est ce qui rassure avec votre formule ou algorithme? 

Il fournit les nombres premiers par ordre au cas par cas avec les outils mathématiques simples accessibles à tous. 

Les  nombres premiers servent à quoi, sont-ils monnayables ?

Avec la cryptographie, la technologie RSA, ils servent à sécuriser de diverses données stratégiques en ligne : les informations, les cartes bancaires, la lutte contre la cybercriminalité, contre le terrorisme etc. Oui les grands NP, ça donne de l’argent. 

Pourquoi ne pas les fournir avec votre algorithme pour changer votre vie? 

Comment ? Avec mon micro-ordinateur  Toshiba de 4GB de RAM (mémoire vive) ? Voulez-vous que je prenne le risque d’attendre  et perdre un jour ma trouvaille ? J’ai choisi de publier donc je publierai partout. 

D’autres alors fourniront de très grands nombres premiers avec votre algorithme et auront de l’argent avec votre science… 

J’aurais rendu service et j’en serais fier. On ne peut pas vouloir du beurre et l’argent du beurre. Des fois, il faut savoir choisir pour ne pas être condamné par l’histoire. 

N’avez-vous pas peur  que d’autres mathématiciens détectent des erreurs  dans votre article que vous nous permettez de mettre en ligne en bas de cet entretien ? 

Ils diront peut être que telle ou telle phrase n’est pas bien écrite, mais ressortir que l’article a un raisonnement mathématique qui souffre de logique ou  n’est pas une idée originale, j’attends de voir. Je mesure la portée: Oser affirmer qu’on a un algorithme simple avec les outils simples qui listent les nombres premiers par ordre croissant sans aucune erreur, c’est oser affronter tous les  mathématiciens professionnels qui travaillent dans ce domaine. Je sais que beaucoup vérifieront encore et encore, mais je peux les rassurer qu’à part les fautes d’orthographes ou grammaticales, ils ne trouveront pas d’autres.

Vous parlez avec conviction M. Guillaume Hawing…

Je suis rassuré. En science exacte, il n’y a pas de modestie. Ou on connait ou on ne connait pas. Quand un théorème, une formule ou un algorithme est vrai, il le reste pour toujours. Les mathématiques sont l’un des rares domaines où on est sûr d’avoir touché la vérité. 

Etes-vous conscient de votre valeur pour la science en Afrique ? 

Non, plutôt conscient que je suis fait pour faire la science. 

Avez-vous le soutien du département en charge de la recherche ? 

Le Ministre Yero Baldé est plus déterminé que nous. Voici un Ministre qui prend son téléphone, qui nous appelle pour savoir où nous en sommes.

Vous êtes fiers de vous ? 

Fier de mes deux parents décédés et de mes formateurs. Fier de prouver que la science n’est pas réservée à un groupe privilégié. Fier de savoir qu’on parlera de moi en 2016, en 3016, en 4016 et pour toujours. La science immortalise.


Dakarflash2




1.Posté par adsow le 21/04/2016 09:34
et le 5 où Est ce que vous le situez ?

Nouveau commentaire :