Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Un jet privé à 176 millions pour la « oumra » de la première dame gambienne


Rédigé par DakarFlash.com, le Dimanche 3 Juillet 2016 || 1578 Partages

Un jet privé à 176 millions pour la « oumra » de la première dame gambienne
 

C’est ce dimanche à 11h : 15 Gmt, que la première dame de Gambie et sa suite devraient fouler le tarmac de l’aéroport international de Banjul, en provenance de l’Arabie saoudite, où Zeïnab Jammeh et ses proches étaient en «oumra» depuis plusieurs jours.

Mais ce qui choque dans ce voyage et qui est dénoncé par les médias gambiens de la diaspora, c’est avant tout, son coût exorbitant. En effet, rien que pour le jet privé qu’elle a affrété de la compagnie Rotana basé aux Emirats arabes unis, la première dame a du casquer 300 000 dollars, soit plus de 176 millions F Cfa.

Ce qui est d’autant plus scandaleux pour les médias qu’elle pouvait attendre le retour de l’avion présidentiel, du moment qu’elle n’était nullement en retard pour la « oumra » qu’elle peut faire à tout moment. En effet, à la date où elle devait voyager l’avion présidentiel, un Boeing 727 100 des années soixante, était encore en maintenance en France. L’appareil est revenu à Banjul le 24 juin dernier, mais la première dame qui ne pouvait pas attendre avait déjà loué un jet privé.

 

En plus du coût élevé, la «oumar» de la première dame a fait des dommages collatéraux au niveau de la direction de l’aviation civile (GCAA) et de la compagnie aérienne nationale (GIA).

Accusé, lui et ses services, d’avoir tardé à payer les frais de maintenance de l’avion présidentiel, (150 000 dollars/plus de 88 millions Cfa), le directeur de l’aviation civile a été limogé et arrêté depuis le 28 juillet. Il est toujours en détention au siège de la National intelligence agency (NIA), en compagnie d’autres agents de ses services et de la Gambia internationl airlines (GIA).

Or, selon des sources au sein de la GCAA, si le payement des frais de maintenance ont accusé du retard, c’est parce que la direction de l’aviation civile serait confronté à de sérieuses difficultés financières, nées de la baisse du trafic à l’aéroport international de Banjul.

Jotay.net

 

Dakarflash2



Nouveau commentaire :