Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Un quart des recrues de l'EI ont été à l'université


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 6 Octobre 2016 || 12 Partages

Les recrues étrangères du groupe Etat islamique ont un niveau d'éducation plus élevé qu'attendu, indique une étude de la Banque mondiale publiée mercredi et réalisée à partir de données internes de l'organisation jihadiste.

"Nous avons trouvé que le groupe Etat islamique n'est pas allé chercher ses recrues étrangères parmi les pauvres et les moins bien formés, mais plutôt le contraire", constate la Banque mondiale dans ces travaux basés sur la fuite de données internes de l'EI portant sur 3803 recrues.

Il s'agit d'informations concernant le pays de résidence, la nationalité, le niveau d'éducation ou encore les expériences précédentes dans le jihadisme et la connaissance de la charia, ont indiqué les auteurs de cette étude consacrée plus largement à la situation économique de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord).

"Ces personnes sont loin d'être des illettrées"
"L'une des découvertes les plus importantes est que ces personnes sont loin d'être des illettrées", constate la Banque mondiale qui estime que ces données apportent "un éclairage" sur le profil des combattants de l'EI.

La plupart des recrues, pour la période de 2013 à 2014, "assurent avoir une formation secondaire. Une partie importante a poursuivi ses études jusqu'à l'université", précisent les chercheurs de l'institution internationale, qui fixent à 27,4 ans la moyenne d'âge des effectifs étrangers de l'EI.

Un quart à l'université
Selon les données, 43,3% ont effectué des études secondaires, 25,4% sont allés à l'université. Seulement 13,5% ne sont pas allés au-delà de l'école primaire et 1,3% s'est déclaré illettré, le reste (16,3%) n'ayant pas donné d'information sur leur formation.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 12:07 Fillon lance l'offensive contre Valls

Vendredi 9 Décembre 2016 - 12:05 Six morts dans une attaque contre la police au Caire