Menu
DakarFlash
DakarFlash.com



Violences conjugales et légitime défense


Deux termes qui semblent bien aller ensemble pour certains mais qui pour d'autres deviennent très polémiques.

Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 19 Février 2016 || 97 Partages

Violences conjugales et légitime défense

En France depuis la grâce présidentielle accordée à Jacqueline Sauvage, plusieurs débats ont été soulevés sur ce sujet.

La légitime défense : c'est l'autorisation légale de faire cesser une agression contre soi-même ou autrui par des moyens en d'autres cas interdits. La violence conjugale : peut s'agir d'un phénomène circonstanciel mais aussi parfois un processus systématique et évolutif au cours duquel un des partenaires exerce une domination qui s’exprime par des agressions physiques, psychologiques, sexuelles, économiques ou spirituelles.

Ce qui nous pousse à faire un lien entre ces deux termes c'est tout simplement le fait que de nombreuses femmes victimes de violence conjugale pendant des années finissent par tuer leur conjoint ou par se faire assassiner par ce dernier.

La légitime défense dans ce cas de violence est tout simplement un acte de désespoir après des années d'enfer conjugal. Mais là n'en est pas la question polémique. Doit ton tuer pour se défendre? Et puis quelle sentence est réservée à ces femmes qui tuent leur mari violent?

Prenons un exemple concret : le cas le plus marquant et le plus récent, celui de Jacqueline Sauvage. Jacqueline Sauvage est une femme qui depuis son enfance a connu la violence. D'abord celle de son père qui frappait sa mère, et une fois devenue adulte, elle est à son tour victime des coups de son mari. Elle n'a jamais osé parler de son calvaire, elle n'a jamais déposé une plainte. Coups, insultes et menaces pendant plusieurs années jusqu'au 10 septembre 2012 où elle tue son mari de 3 balles dans le dos. Elle est ensuite condamné à 10 ans de prison puis bénéficie d'une grâce présidentielle accordée par Francois hollande.

Revenons en à la violence conjugale qui est un sujet encore très tabou. En France, près de 200 femmes en sont victimes chaque jour. L'année dernière, 118 victimes ont perdu la vie sous les coups de leurs conjoints. C'est encore un sujet tabou, mais les Françaises commencent à plus s'ouvrir à ce sujet. Je penses que ces dernières se disent «c'est soit je le tue soit il me tue». Ce qui fait que la personne finit par assassiner son conjoint dans le seul but de sauver sa vie et parfois même celle de ses enfants, qui eux aussi sont dans certains cas victimes de la violence de leur père.

D'un autre côté, tuer n’est pas forcément la solution car cela reste tout de même un délit pénal. Les femmes victimes de violences conjugales, battues, menacées ou insultées, à défaut d'avoir recours à la légitime doivent parler de leur calvaire, ne pas arrêter d'en parler pour éventuellement finir par se faire aider un jour.

 

Khadija DIEYE


Dakarflash2



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >