Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Wari/ Tigo: Macky Sall s’en lave les mains


Rédigé par DakarFlash.com, le Vendredi 20 Octobre 2017 || 30 partages || 0 commentaires

 

Le Chef de l’Etat ne compte pas prendre position dans la guéguerre que se livre le consortium dirigé par Free et Wari pour le contrôle de la licence Tigo. Macky Sall, qui considère qu’il s’agit d’un contentieux entre privés, a encore martelé sa position mardi dernier.

Comme l’a révélé dakaractu, le Président Macky Sall a reçu mardi dernier Xavier Niel, patron de Free et Yérim Sow de Teyliom qui l’accompagne avec le groupe Axian dans le projet d’achat des actifs détenus par Millicom au Sénégal à travers la licence de téléphonie Tigo. Libération a appris de sources autorisées que tout va se jouer le 2 novembre prochain dans cette affaire à rebondissements puisque Wari clame aussi haut et fort que Millicom ne peut pas vendre sa licence à Free et Cie après avoir signé un accord avec lui. Lors de l’audience accordée à Niel et Sow, Macky Sall a refusé une fois de plus d’engager l’Etat dans ce qu’il considère comme une affaire entre privés. Des sources autorisées renseignent que le Président a affirmé à ses interlocuteurs qu’il avait signé un décret approuvant la vente de la licence Tigo à Wari. Ce, compte tenu des engagements de Wari à payer à Millicom le 2 novembre
prochain. Aussi, il estime que si à cette date, Wari n’a pas respecté ses engagements, l’Etat pourrait constater sa carence et approuver la vente à Free et Cie. C’est exactement le même discours que Macky Sall avait servi aux dirigeants de Millicom qu’il avait reçus en audience lors de son dernier séjour à New-York (USA). « Dans cette affaire, le Chef de l’Etat n’a pas de position. Il a reçu Niel et Sow à leur demande comme il avait reçu en son temps Kabirou Mbodjie de Wari », confesse un proche du cabinet. Pour rappel, Tigo estimait pour sa part que l’accord de vente signé le 2 février 2017 entre Wari et Millicom fixait au 2 juin 2017 la date butoir pour que Wari apporte les financements requis dans le cadre de la transaction. En cas de nonrespect par Wari de cette obligation de financement, l’accord de vente octroyait le droit à Millicom de résilier la transaction immédiatement sur simple notification.
A la date du 28 juillet 2017, soit pratiquement 2 mois après la date butoir et 6 mois après la signature de l’accord de vente, Wari n’avait toujours pas apporté le financement requis. Le Groupe Millicom a donc
décidé d’exercer son droit de mettre fin à la transaction et a adressé à Wari une notification dans ce sens conformément aux termes de l’accord de vente. La résiliation de la transaction par Millicom est dès lors totalement conforme aux termes de l’accord de vente. Ce que conteste Wari qui avait dénoncé la « rupture unilatérale » de l’accord initial.

 

Liberation

 

DakarFlash3



Nouveau commentaire :