Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Accusé d'avoir propagé la haine, Facebook prend des mesures en Birmanie


Rédigé par DakarFlash.com, le Jeudi 7 Juin 2018 || 81 partages || 0 commentaires

Accusé d'avoir propagé la haine, Facebook prend des mesures en Birmanie

Facebook a placé un groupe de moines extrémistes birmans sur sa liste noire après avoir reconnu avoir été "lent" à s'attaquer aux contenus racistes dans ce pays d'Asie du Sud-Est où le réseau social est omniprésent.

Le groupe Mabatha et certains moines du mouvement "ne sont plus autorisés à être présents sur Facebook", a expliqué jeudi David Caragliano, responsable de la politique du contenu.

"Et nous supprimerons tous les comptes et contenus qui soutiennent, louent ou représentent ces individus ou organisations", a-t-il ajouté. 

Le profil du leader a été fermé 
Le groupe avait déjà fermé le compte de Wirathu, la figure la plus connue du groupe, qui n'hésite pas à attiser la haine contre les musulmans dans ce pays très majoritairement bouddhiste.

Les enquêteurs des Nations unies, qui travaillent sur les exactions contre la minorité musulmane des Rohingyas, avaient estimé récemment que Facebook avait joué "un rôle déterminant" dans la propagation du discours de haine. 

Une "réaction lente" 
Quelque 700.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh l'an passé pour fuir une campagne de l'armée birmane, accusée d'épuration ethnique par l'ONU.

Les ONG ont a plusieurs reprises souligné qu'il fallait souvent plusieurs jours à Facebook pour supprimer certains contenus haineux signalés, comme l'appel au meurtre d'un journaliste musulman. 

"Nous pouvons en faire plus, nous avons été lents à répondre", a reconnu Simon Milner, haut responsable de Facebook pour la zone Asie-Pacifique.


DakarFlash3



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 14:01 Ferry chaviré: la Tanzanie enterre ses morts