Menu
DakarFlash
DakarFlash.com

Affaire Guy Marius Sagna : Les défenseurs des droits de l'homme interpellent l'État et annoncent la saisine de la Cedeao et de l’Onu.


Rédigé par DakarFlash.com, le Mercredi 29 Janvier 2020 || 191 partages || 0 commentaires

Seydi Gassama et Me Assane Dioma Ndiaye ont décidé de porter le combat devant la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et devant le groupe de Travail des Nations Unies. «Guy Marius Sagna a été arrêté arbitrairement. Nous en appelons au respect des droits fondamentaux pour assurer que les droits humains soient pris en compte», a lancé le président de la Lsdh. 

 

Le procureur de la République est vertement critiqué par le défenseur des droits humains, qui pointe entre autres «son intervention dans les règlements de comptes politiques», selon Seydi Gassama. «Aujourd'hui, la justice est instrumentalisée. Nous assistons à un règlement de compte politique. Il faut s'engager dans un autre combat. Il y a un acharnement judiciaire sur une personne, en l’occurrence Guy Marius Sagna», dénonce le Directeur exécutif de Amnesty International-Sénégal. 

 

« Nous en appelons au respect des engagements internationaux en matière de liberté d’expression et nous demandons à l’Etat de faire en sorte que la liberté d’expression et la liberté de rassemblement pacifique soient respectées », réclame Gassama. Même son de cloche du côté de la Raddho, qui interpelle l’Église et les chefs religieux du Sénégal. 

 

Dénonçant une «discrimination et un traitement inégalitaire» dans l’affaire Guy Marius Sagna, Me Amadou Aly Kane de la Raddho estime que les «réalités du Sénégal sont tristement loin de l'esprit de liberté que cherchent à promouvoir les pays démocratiques». L’avocat a rappelé la «vocation» d’un État qui est de promouvoir le «respect des droits de la personne, le pluralisme et le débat démocratique».

 

Me Amadou Diallo lance un «appel urgent pour exhorter l’autorité judiciaire à abandonner toutes les charges retenues contre Guy Marius Sagna et à le libérer immédiatement». Pour cela, il demande à la société civile sénégalaise de «donner de la voix» et de «contribuer à la sensibilisation et à la solidarité» en portant le combat à un niveau international. 


DakarFlash3



Nouveau commentaire :